dimanche 30 septembre 2012

Michelle Obama...des tenues


simple et classieux, mais trop...energique, calme toi Michelle, relax....elle connait le racisme aux USA, mais ce sont ses voyages en Espagne, en Inde et en Russie qui m'intéressent , je suis sûre que j'aurais une migraine si elle raconte
                                         waouh ! jaune, rouge, violet : euh...mauvaise idée
 

jeudi 27 septembre 2012

Azealia Banks, une rapeuse

jamais entendu causé, jusqu'à aujourd'hui...jolie peau, photogénie, jeune, 21 ans....ne suis pas intéressée par sa musique, zéro patience pour ça....mais le truc sur sa tête a retenu toute mon attention...les gens du show biz ne sont pas comme nous, surtout le show biz ricain, mais enfin....ce sont eux qui ont le plus de visibilité....
longueur de faux cheveux suspect

dimanche 23 septembre 2012

Cheveux en l'air de Solange

qui est-ce ? soeur de Beyonce...faux cheveux crépu en l'air...mais en Italie où les noirs sont....oui mais c'est la soeur de Beyonce et à un défilé de mode....Si socialement tu es Dj tu peux te le permettre....
 

jeudi 13 septembre 2012

Sur le podium...

je sais bien qu'il faut faire la gueule quand on défile mais là....je ne veux pas connaître les intentions du créateur et du maquilleur pour mettre en valeur ces tenues...un petit passage en...prison...

Deux premières dames

rencontre du 4ème type, Michelle et Mde Biya, la femme du président du Cameroun....je me souviens d'une interview où notre amie rousse disait aimer Beyonce....
c'est quoi ce truc sur ta tête ?
et le sourire de Michelle...ah!ah!ah!
                                choc des styles, Michelle gagne par K.O

Racisme anti noir en Tunisie

On m'avait proposé un voyage en Tunisie...à leur retour tout ce dont ils m'ont parlé : la mauvaise qualité de l'eau et leur chiasse...
si les tunisiens que je croise à Paris sont racistes, alors imagine ceux de Tunisie, pas folle la guêpe....
Le racisme anti-noir est tabou en Tunisie (1)
Notre pays qui a donné son ancien nom «Ifriquia» au continent Africain, a aboli l’esclavage avant beaucoup de pays EuropéesFrance, en 1846, et a connu huit grandes périodes de métissage depuis 3000 ans, n’en demeure pas moins pollué par un racisme latent anti noir (en surface il n’existe pas mais en profondeur…si) comme il existe un antisémitisme non avoué que longtemps le régime carte postale de Ben Ali voulait occulter.
Un de mes employés est noir issu d’une région  du Sud (ces communautés se trouvent essentiellement dans les oasis de Gabès, El Hamma, Jerba) et bien qu’il ne fasse pas l’objet de ségrégation de la part des autres employés prenant cycliquement ses pauses-repas avec un des directeurs et un ingénieur se voit interpeller de temps à autre par le quolibet de «Ya Labiadh » (le blanc en Arabe) plus politiquement correct que « Kahlouch » ou « Oussif » (Noir en Arabe), « lasmar » (Basané) voire « ya horr » (libre)  par opposition à Abid (pour esclave »
Les noirs en général ,surtout depuis la localisation de la BAD (Banque Africaine de Développement) à Tunis amenant dans son sillage des populations de cadres sub-sahariens et les autochtones tunisiens d’entre eux vivent quotidiennement un racisme ordinaire non institutionnel   émaillé  de clichés tenaces dus essentiellement à l’ignorance et l’inculture.
Une jeune camerounaise en visite dans notre pays a écourté son séjour après avoir été caillassée gratuitement par des bandes de jeunes qui la harcelaient par le qualificatif « Kerdou , Kerdou » (Guenon en arabe)  alors que vu  sa sublime beauté,  Naomi Campbell et Tyra Banks pourraient aller se rhabiller !
Quand on pense qu’au plan international,  la première mannequin noire a été imposée par le couturier tunisien Ezzeddine Alaïa !
La minorité noire de Tunisie issue des lointains esclaves affranchis est rarement métissée étant repliée socialement sur elle-même, la mixité n’étant constatée à des exceptions près que lorsqu’‘il s’agit de stars du football ou d’artistes.
La réminiscence de pratiques aristocratiques anciennes de recrutement de la domesticité (valets, gardiens) fait que certains grands palaces de jerba ont jusqu’ à ce jour la manie de sélectionner uniquement des noirs pour les postes visibles de plantons et de personnel d’accueil  en tant que décor insolite, exotique et folklorique sans penser un seul moment que c’est un acte insidieux de racisme.
Opérant en Afrique subsaharienne, je peux affirmer que là où je vais, on témoigne aux tunisiens des marques spéciales d’amitié et de considération et que dans certains villages non habitués à voir des blancs, les quolibets « Musango » (blanc) fusent dans l’autre sens des bouches innocentes des enfants sans méchanceté.
Je peux aussi témoigner que les seuls travers que je connaisse aux populations noires sont ceux introduits depuis les occupations Européennes au XV ième siècle occasionnant  les ravages de l’exploitation et l’esclavage suivis du  partage au cutter de la conférence de Berlin avec  l’avènement dans les années 60 après les indépendances,  de potentats autochtones et de systèmes clientélistes à l’instar de la Françafrique.
A la fin des années1980 , en France, plusieurs crimes racistes viennent d'être commis, dont les victimes sont majoritairement maghrébines. Je suis de toutes les manifestations pour dénoncer l'insoutenable. J'y côtoie de nombreux compatriotes tunisiens, connus et inconnus.
En apparence, tout nous rassemble, mais je ne peux cacher ma perplexité : ces visages à juste titre indignés sont les mêmes qui, dans les rues de Tunis, grimacent au passage d'un Noir : « Ya Kahlouch ! » (« nègre », « noiraud »).
Ce qui est intolérable d'un côté de la Méditerranée serait-il, de l'autre, parfaitement normal, naturel ? Née dans l'antique Ifriqiyah, à la pointe septentrionale de l'Afrique, je suis tout à la fois femme, noire, tunisienne, arabe et musulmane. Une identité composite dans laquelle certains croient voir une « richesse ».
Ce que la réalité ne confirme pas vraiment. Mon pays a aboli l'esclavage en1846 , avant la France, et a donné aux femmes, il y a un demi-siècle, ce qui leur était dû : l'égalité. Deux réformes sociales et institutionnelles d'une portée et d'une modernité stupéfiantes. Aujourd'hui, si les Tunisiens s'enorgueillissent volontiers de la liberté dont jouissent les femmes dans leur pays, il est rare qu'ils évoquent l'abolition de l'esclavage. Pourquoi ? « La question noire est un problème de Blancs », disait naguère Jean-Paul Sartre. En Tunisie, les Noirs ne sont ni un problème ni un tabou.
Tout au plus une minorité discrète. Une sous-catégorie sociale, qui, face aux insultes, dissimule sa révolte comme on cache un scandale, dans le silence et dans la honte. Une anecdote révélatrice. Un soir, à l'issue de ma prestation dans un ballet classique au Théâtre de la ville de Tunis, un ami me susurre, rigolard : « Tu es la tache noire du ballet blanc ! » .
Un autre, brillant intellectuel, n'imagine simplement pas qu'une Noire puisse être danseuse classique : « Comment est-ce possible », maugrée-t-il devant ses filles - qui se trouvent être mes amies... Les Blancs sont évidemment très minoritaires sur le continent africain. Pourtant, lorsque les Tunisiens parlent d'un Ivoirien ou d'un Malien, ils le désignent comme « africain ». Ne sommes-nous pas nous-mêmes des Africains ? Quel est le sens caché de cette auto-exclusion par le verbe ?
Dans mon pays, le racisme n'est pas institutionnel : jamais vous ne verrez un député exprimer des thèses xénophobes à la tribune de l'Assemblée nationale. Il est avant tout social. Il s'éructe dans les rues, s'abrite derrière les persiennes, se trahit par des attitudes ou des regards... C'est un crachat permanent et camouflé. Qui peut en témoigner sinon les Noirs eux-mêmes ? Mais la plupart se taisent, comme s'ils craignaient de passer pour des esprits étriqués, pour des complexés, voire des paranoïaques.
Alors quand une Noire est finement surnommée « Blanche-Neige », elle se contente de sourire... N'est-ce pas de « l'humour » ? Ici, un Noir est un « oussif » (« serviteur », « esclave » et, par extension, « noir » ). Sur leur passage, mes congénères entendent régulièrement des commentaires du genre « Congo » ou « Sénégal ». Comme si on ne pouvait être à la fois noir et tunisien ! Les insultes redoublent quand la « victime » a l'infortune d'être une femme. L'atmosphère des rues de Tunis est à ce point empuantie par les propos graveleux qu'on y entend en permanence qu'il est préférable de sortir accompagnée d'un homme. Un paradoxe dans ce pays qui, dès1956 , a affranchi les femmes en promulguant le Code du statut personnel ! Naturellement, les auteurs de ces propos fétides nieront farouchement les avoir tenus ! Même des amis, sincères mais aveugles, trouveront que, quand même, vous avez tendance à voir le mal partout...
Mais interrogez les Noirs qui vivent ici, les étudiants subsahariens, par exemple : tous vous raconteront des expériences semblables. Chez nous, le racisme est ordinaire, inodore et souterrain. Il faut y être confronté pour en prendre conscience. Ce n'est pas un racisme violent, il ne tue pas. Il est un doigt pointé sur l'autre, quotidiennement. Un secret de famille. Mortel, tout compte fait. Mon enfance fut un affrontement quotidien. Que faire quand un gosse est caillassé uniquement parce qu'il est noir ?
Rien, sinon baisser la tête et avancer bien vite vers l'école en espérant que les « petits voyous » trouveront une autre cible, n'importe laquelle, un arbre, un chien, un bossu ou un fou... Dans mon quartier, un fou, justement, m'a souvent sauvé la mise. Je n'ai pas oublié son regard étrange lorsqu'il arrivait que nous nous retrouvions face à face. ةtait-il surpris, lui aussi, de découvrir « la tache noire du ballet blanc » ? Je ne le saurai jamais. Longtemps, j'ai eu peur de la rue. Longtemps, j'ai espéré vivre un jour sans insultes ni agressions verbales, loin de ces regards insistants.
J'en ai conservé une démarche constamment pressée. Et un goût pour les vêtements sombres. Si je déteste la couleur rouge, c'est sans doute qu'en rouge un Noir est doublement visible. Une peau sombre est un costume suffisamment lourd à porter... ہ l'adolescence, les choses ont un peu changé. Les enfants du voisinage s'étaient habitués à nous voir. Nous faisions partie du paysage, ils n'étaient plus agressifs.
Nous vivions donc en bonne intelligence, sans être dupes. Les insultes sont désormais d'un autre type. Quand, par inadvertance, le mot « oussif » est lâché, le fautif, aussitôt, bafouille, s'excuse presque. Il voudrait reprendre une expression qu'il n'utilise d'ordinaire qu'avec des interlocuteurs blancs. Les lapsus de ce type sont légion. « Ta mère est très belle, me dit un jour une dame hébergée par mes parents, on dirait une Blanche. » « Blanche » se dit aussi « horra », qui signifie « libre », par opposition à « esclave ». Décidément, les institutions évoluent plus vite que les mentalités.
L'esclavage est aboli depuis longtemps, mais le langage trahit les pensées profondes, pour ne pas dire l'état de développement d'une société. Paris,2001 . La deuxième Intifada bat son plein et les manifestations se succèdent pour dénoncer le « rapt du président Arafat » par un innommable chef de guerre et le racisme d'ةtat dont sont victimes les Palestiniens. Au cours de l'une d'elles, je fais halte avec quelques amis tunisiens autour d'un café. Certains ont amené leurs enfants. Nous projetons de nous réunir pour les soirées électorales à venir et l'un de nous propose d'aller dîner chez « Ali l'Oussif » - Ali le Nègre. Je scrute les visages de mes compagnons : à l'exception d'une amie artiste, personne ne bronche.
Je frappe du poing sur la table et demande si le patronyme du restaurateur en question est « Le Nègre ». Non, me répond-on, mais lui-même accepte qu'on l'appelle ainsi et en plaisante volontiers. Décidément le « syndrome Blanche-Neige » à la vie dure...

J'insiste : quelle différence y a-t-il entre Ali tout court et Ali le Nègre ? Si celui-ci avait la peau claire, mes compagnons le surnommerait-ils « Ali le Blanc » ? Un homme est-il ce qu'il fait ou ce qu'il paraît ? Et de quel surnom m'affublent-ils donc en mon absence ? Je quitte la table. Les enfants présents continueront-ils, demain, à manifester en toute bonne conscience le même racisme larvé ? Le lendemain, je reçois un bouquet de fleurs couleur parme, accompagné d'une carte d'excuses. L'expéditeur est l'un de mes compagnons d'hier, qui semble me demander pardon pour tous les autres. Apparemment, il est le seul à avoir compris qu'« Ali l'Oussif » et moi, à l'instar de tous les Noirs tunisiens, nous sentons, d'une certaine manière, étrangers dans notre propre pays. Et dans le coeur des nôtres.

Mon pays est multiple. C'est un pays en marche, ouvert, une terre de paradoxes. Il m'accorde le droit de porter plainte pour racisme, mais pas la possibilité de prouver mes accusations. Nous sommes égaux devant la loi, mais discrètement tenus à l'écart socialement, sans qu'aucun Blanc ne s'en aperçoive.
On pourrait multiplier les exemples de discrimination ou d'ostracisme insidieux. Un membre de ma famille travaille pour la compagnie nationale d'aviation : il est chef de cabine. Comme il s'exprime dans une langue châtiée, c'est lui qui a été chargé d'enregistrer le message d'accueil des passagers. Me trouvant un jour à bord d'un appareil de la compagnie, j'ai entendu sa voix égrener les traditionnelles consignes de sécurité.

Mais sur l'écran placé devant moi, c'est une fort jolie blonde qui les mimait. Je ne suis pas près d'oublier une sortie dominicale à el-Alia, entre Tunis et Bizerte. Ayant garé la voiture familiale, nous avons aussitôt été encerclés par un groupe d'autochtones, qui, le visage collé à la vitre, se sont mis à nous observer comme ils l'auraient fait d'animaux en cage. Ils riaient et grimaçaient : « Des Noirs dans une voiture, des Noirs dans une voiture ! » Terrible sentiment d'étouffement, de malaise.

Oui, nous étions des êtres humains assis dans une voiture. La question noire est, en effet, un problème de Blancs. Le Sud tunisien est autrement atteint que le Nord, les Noirs y étant beaucoup plus nombreux. Ici, il y a les ahrars, les hommes libres, et les abids, les esclaves - termes utilisés sans complexe ni fausse pudeur. On se rend à des fêtes « chez les abids » ou « chez les ahrars ».

Au-delà d'une apparente cohésion, le Sud est profondément clivé, mais les codes sociaux ne sont connus que des initiés. Il faut être originaire de la région pour en prendre conscience. Prenez cette gentille tradition d'émietter la viande des invités, lors d'un repas. Longtemps, cette corvée a incombé aux Noirs.

Par la suite, pour démontrer que les mentalités avaient changé, les Blancs ont mis un point d'honneur à inverser les rôles. L'intention était bonne, sans doute, mais le seul fait qu'il soit besoin de la justifier prouve qu'il n'y a pas d'égalité. Les Noirs du Sud auraient tant à dire... Je me souviens d'une anecdote. Dans les années1980 , un couple rend visite à un malade et repart ulcéré. Pourquoi ? Parce que l'abid possédait un téléphone. Un privilège réservé aux ahrars ! Il n'existe pas de statistiques sur les niveaux de vie comparés des différentes communautés, mais force est de reconnaître que les Noirs sont pratiquement inexistants dans les banlieues chic de Sidi Bou Saïd ou de Carthage, sur les hauteurs de Tunis.
On les retrouve dans les villes populaires du Kram ou de La Goulette. Peu d'essais sociologiques prennent la peine d'étudier cette composante de la population tunisienne. En fait, l'intérêt porté aux Noirs reste, pour l'essentiel, de l'ordre du folklore. En peinture, la représentation de l'homme noir est, somme toute, fidèle à la réalité. Il est montré comme il est dans la vie : musicien, serviteur lors d'une cérémonie de mariage, etc.

Les Noirs sont des témoins de la vie sociale, très rarement des acteurs. Qui brossera le portrait d'un Noir tunisien posant dans son cabinet d'avocat ? Dans une oeuvre, d'ailleurs remarquable, intitulée La Tigresse, le peintre Bouâbana représente une femme noire - une amante ? - dont la sensualité explose littéralement sur la toile.

Il n'y a pas de doute que le peintre respecte son sujet, mais quand même, je ne peux m'empêcher de penser que cette prétendue sexualité hors norme des Noirs est un insupportable cliché. Sommes nous donc des bêtes ? L'art, dans sa sincérité, dépeint et dénonce les tares cachées d'une société.

On chercherait en vain une oeuvre picturale représentant un mariage entre des Tunisiens blancs et noirs ! Le phénomène n'est pas courant, mais il existe pourtant, surtout dans les milieux populaires. La bourgeoisie, elle, reste globalement hostile aux mélanges... « Nous sommes tous égaux », entend-on souvent claironner. D'ailleurs, c'est un précepte de l'islam ! ةgaux en droit, certes, nous le sommes.

Mais les coeurs et les épidermes sont-ils vraiment prêts à admettre qu'un Noir soit « un homme fait de tous les hommes, qui les vaut tous et que vaut n'importe qui » ? Même en Tunisie, à l'ombre des jasmins.
*Par Affet Mosbah ,

 
Affet Mosbah est née en 1962 au Bardo, près de Tunis. Après des études au lycée Carnot, puis à la faculté de droit, toujours dans la capitale tunisienne, elle poursuit ses études supérieures à la Sorbonne, à Paris. En 1988, elle rejoint la société Claude Marti Communication (CMC), à Paris. D'abord attachée de presse, elle est aujourd'hui directrice de la communication.

mercredi 12 septembre 2012

photo du jour

                                                     c'est quoi cet angle ?
Anne séparé de Dominique, qui a retrouvé une copine...stratagème pour protéger le magot ?...t'as raison Anne..
ai entendu Michel Galabru(beau mec dans un univers parallèle) dire dans la boîte à son qu'elle était vilaine, et qu'il ne comprenait pas qu'il ai eu envie de se la faire...cough!cough!cough! j'ai beau regarder Domi, euh, err,  "il est beau comme Crésus"....quant aux comiques professionnels...
cough! cough! cough! quelque part, dans le vécu, je suis contente qu'elle ai une peau claire...

mardi 11 septembre 2012

Les arabes...

J'aime cet article, criant de vérité...
j'ai suivi les printemps arabes de loin, de très loin et à la radio et la seule fois où j'en ai vu , en passant devant la téloche : un tunisien perché sur un camion criait "pas les noirs, pas les noirs..."...apparemment il ne voulait que les noirs en question prennent place dans un camion....mon intérêt minime a disparu d'un coup......
seul intérêt de tout : les médias montraient misère, corruption, détresse, comme ils le font pour l'Afrique subsaharienne....
De même que Dieudonné soutient la cause palestinienne parce qu'il a un problème avec les juifs....moi je  suis certaine  que je ne veux pas savoir ce que les palestiniens pensent des noirs, car j'aurais à coup sûr une putain de migraine....
les enfants métis noir-blanc, ont souvent des têtes d'arabes, et ça ne leur plait pas du tout d'être pris pour des arabes...tous ceux que j'ai croisé sans exception aucune le vivent mal....


Le grand tabou. Le racisme arabe.

Avec la libération de la Libye arrivent, apportées par Amnesty et Médecins pour les Droits Humains, des informations moins joyeuses : rebelles qui égorgent en quantité des noirs africains, qui viennent ainsi à échapper d’une forme de racisme arabe pour en trouver une autre. (Traduction de Kabeya Janvier)
Avec la libération de la Libye arrivent des informations moins joyeuses, apportées par Amnesty et Médecins pour les Droits Humains, sur les rebelles qui égorgent en quantité des noirs Africains, sous prétexte qu’ils seraient des mercenaires pro- Kadhafi. Quoique le dictateur ait enrôlé des combattants de l'Afrique Sub-saharienne, la grande majorité des noirs africains en Libye sont tout à fait des innocents immigrés et un million d’entre eux ne sont que des travailleurs invités.

Selon le groupe d'experts basé au Caire, beaucoup de Soudanais qui sont visés par les Libyens sont des refugiés qui ont fui le nettoyage ethnique des noirs africains au Darfour et dans la région du Sud Kordofan du Soudan. Ils ont échappé une forme de racisme arabe pour en trouver une autre.

Rien de cela n'est arrivé au hasard. Déjà en 2000 il y avait eu des émeutes sanglantes contre les immigrés en Libye. Ni non plus y a t-il une chose inhabituelle dans l'attitude libyenne. Le racisme arabe envers les noirs africains est monnaie courante même s'il demeure un sujet tabou. Pour le lauréat du prix Nobel de littérature, Wole Soyinka, le manque de volonté de confronter le racisme arabe trouve ses racines dans le rôle que les Arabes ont joué dans les commerces des esclaves. Il écrit: « Les Arabes et l'Islam sont coupables d’une brutalité culturelle et spirituelle envers le continent ».

L'Intellectuel éthiopien Mekuria Bulcha estime que les esclavagistes aient vendu 17 millions d'Africains au Moyen Orient et en Asie entre le 6è et le 20è siècle. Et pourtant il y a une résistance presque totale de la part des intellectuels à examiner le rôle central des arabes dans l'esclavage passé et présent.

Selon Naiwu Osahon, du mouvement Pan africain, « les africains sont traités comme la crasse de l'humanité » dans le monde arabe. Selon lui, la politique arabe depuis le 7è siècle n’a été que « élimination, déplacement, séparation, marginalisation et suppression » des noirs africains. On pourrait dire qu'elle se poursuit encore à ce jour. Les noirs africains qui travaillent en Egypte, en Algérie et en Libye racontent comment ils sont ridiculisés publiquement et physiquement agressés par les arabes.

L'écrivain egyptien Mona Eltahawy raconte d'avoir vu une fille soudanaise violentée et tourmentée sur le métro du Caire et conclut : « Nous sommes des racistes en Egypte et pourtant nous nous obstinons à le nier ». Elle emplie son observation pour affirmer que le monde arabe ignore la souffrance du Darfour parce que les victimes sont des noirs. « Nous payons attention seulement quand c’est l'Amérique et Israël à se mal comporter ».
La Ligue Arabe et l'Organisation de la Conférence Islamique ont à maintes reprises refusé de censurer le régime totalitaire du Soudan pour tuer ses propres citoyens noirs africains, même quand les victimes sont des musulmans. Leurs conférences se place du côté plus sûr en condamnant d’une manière routinière Israël pour sa manière de traiter les palestiniens.

On peut bien dire que les leaders arabes et musulmans refusent de critiquer les leurs parce qu’ils perçoivent -en utilisant un mot mal inspiré de Bush- une croisade orchestrée par les Etats Unis d'Amérique contre eux. On reconnait moins le syndrome par lequel ils s’enfoncent dans leur propre victimisation et plaintes persistantes en ignorant les atrocités et les violations des droits humains envers les minorités dans leurs propres pays.

Mais il y a une autre raison pour l'indifférence arabe à la souffrance au Darfour et Somalie. Ces victimes sont « le faux type de musulman », c'est-à-dire, ce sont des noirs africains et non des arabes.

Au début des années 1900, Winston Churchill était écoeuré de voir comme les militaires arabes soudanais utilisaient les noirs nubiens pour leurs exercices de tir. Rien n'a changé, sauf que maintenant on tire sur eux dès les hélicoptères qui planent au dessus des Monts Nouba où se sont refugiés des civils noirs africains.

Dans le Soudan moderne c'est une pratique courante pour les soudanais qui se définissent à eux mêmes arabes, d'appeler ouvertement les soudanais noirs « abid », esclaves; ignorant même le fait qu'il y a eu mariages mixtes depuis plusieurs années. L'intellectuel Canadien Salim Mansur affirme: « Les noirs sont vus par les arabes come racialement inférieurs et la violence arabe contre les noirs a une longue et turbulente histoire ».

Toute tentative de faire face au racisme arabe persistant est dominée par les appels à la solidarité arabo-africaine contre les néo-colonialistes de l'Occident. Selon les mots de l'intellectuel nigérian Moses Ebe Ochonu, qui vit aux U.S. A., « les leaders noirs africains se donnent de la peine pour plaire et pour protéger les intérêts des arabes nord africains ».

Mais, pourquoi les leaders noirs africains restent muets face aux mauvais traitements que subissent les noirs africains dans le Nord de l'Afrique, dans le Moyen Orient et au Soudan, pendant qu'ils condamnent docilement la situation pourtant désespérée des palestiniens? Pour la même raison que l'Union Africaine réunie à la fin du mois d'août a refusé de critiquer le Colonel Kadhafi, même après qu’il avait été évincé: c’est que depuis belle lurette il payait leurs factures personnelles aussi bien qu’il finançait l'Union Africaine. Depuis des années, l'Union Africaine, avec son budget de 250 million de dollars américains est financée par la Libye, l'Algérie, l'Egypte, le Nigeria et l'Afrique du Sud. Selon Peter Pham du Conseil Atlantic, « habituellement la Libye paie les arriérées des pays membres en retard».

En plus, Kadhafi a « joyeusement fourragé un bon nombre » de leaders Noir Africains, selon le chroniqueur Kofi Aksoh – Sarpong. Selon un officier camerounais qui demande l'anonymat, « un hôpital ici, un bataillon de chars de combat là bas, sans compter les Séries 500 Mercedes pour leurs collections personnelles, c'est comme cela que les arabes ont manipulé les leaders africains ». « Les hôpitaux King Faisal apparaissent dans les endroits moins attendus », ajoute-t-elle.

Curieusement, les mêmes gens qui dans l'Occident se considèrent progressistes et libéraux se font souvent complices en refusant toujours de mentionner le racisme arabe, comme si en le faisant serait se poser en sioniste anti-Palestinien. Ce serait se faire des illusionnes que de nier que le racisme occidental persiste et qu’il contribue à l'échec collectif qui devrait arrêter les décennies des crimes de guerre contre les noirs africains au Soudan. Et seulement un naïf pourrait penser que l'élection de Barack Obama ait signifié que l'Amérique a dépassé le racisme. Mais lentement les sociétés occidentales affrontent leur passé désagréable et leur racisme hors-la-loi, au moins dans la législation si ce n'est pas dans les coeurs. Espérons que le Printemps arabe apporte aussi avec soi une nouvelle ouverture et la suffisante confiance de soi pour abandonner le suffocant camouflage d'impuissante auto-victimisation arabes.

Rebecca Tinsley – Journaliste et activiste des droits humains.
Huffington Post, le 9 Septembre, 2011.
http://www.huffingtonpost.com/rebecca-tinsley/arab-racism_b_951422.html




Etre Noir au Maroc 

actuel, nous avons souvent travaillé avec des journalistes subsahariens. Et en parlant avec eux, nous avons été frappés de découvrir l’ostracisme dont ils sont l’objet. Le mépris du peuple, comme des élites, pour les Noirs est une constante de la société marocaine. Une réalité trop souvent tue ou minorée. Alors, nous avons demandé à Bassirou de raconter son quotidien, des situations vues, parfois vécues, des humiliations subies, des violences sans fin. C’est un témoignage brut, sans fioritures qui nous renvoie une image guère flatteuse mais qu’il faut néanmoins regarder en face. Oui, de nombreux Marocains sont racistes. Le sujet est tabou. Mais le débat doit s’ouvrir.

On m’a souvent posé la question de savoir si les Marocains étaient racistes ou si, en tant que Noir, j’avais été victime ou témoin d’actes ou de comportements assimilables à du racisme. A chaque fois, cette question m’a mis dans l’embarras, et à chaque fois, j’ai répondu par une pirouette. Les rarissimes occasions où j’ai ouvert mon cœur sur la question, c’était entre amis ou collègues. Et j’ai été surpris de découvrir à quel point des amis marocains étaient abasourdis d’apprendre jusqu’où certains de leurs compatriotes pouvaient aller dans le déni de l’Autre. Scandalisés, ces derniers m’ont convaincu de surmonter cette gêne qui m’empêchait d’en parler publiquement. Voilà pourquoi j’ai décidé de briser la glace, en espérant contribuer à susciter le débat et aider à lutter contre ce mal qui, malheureusement, n’épargne aucun pays, aucun corps social.
Je suis arrivé au Maroc le 17 septembre 2000 pour entamer mes études supérieures, en compagnie d’une centaine d’autres camarades boursiers comme moi. Je n’avais aucune appréhension en atterrissant à l’aéroport Mohammed V, le Royaume étant dans l’imaginaire collectif des Sénégalais une sorte de prolongement naturel de leur pays et vice versa. Mais j’ai commencé à déchanter... deux jours seulement après mon arrivée.
Durant ces douze années, comme la plupart de mes « congénères », j’ai souvent été confronté à des situations tragi-comiques. Comme ce matin du 19 septembre lorsque, avec un groupe d’étudiants, nous nous rendions au marché de J5, dans un quartier situé à quelques encablures de la résidence universitaire, à Rabat. En chemin, nous avons essuyé des jets de pierre de la part de gamins qui devaient avoir entre douze et quatorze ans, et qui criaient à tue-tête : « Cannibales ! Cannibales ! » Pour notre troisième jour au Maroc, c’était un drôle d’accueil, une rebuffade que j’ai toujours du mal à oublier.
J’apprendrai, quelques années plus tard, qu’un journal arabophone avait rapporté que des « migrants clandestins » subsahariens auraient mangé un nourrisson dans le quartier populaire de Takkadoum à Rabat. La publication en question aurait démenti plus tard cette information, mais le mal était fait : aux yeux de certains Marocains, nous n’étions que des cannibales, des mangeurs d’hommes.

« Elle n’est qu’une esclave ! »
Deux ans après cette mésaventure, un nouveau « choc ». Cela s’est passé dans un bus. Une vieille dame, qui tenait à peine sur ses pieds, venait de monter à bord. Toutes les places assises étant déjà occupées, une jeune étudiante subsaharienne s’est donc empressée de céder son siège à la « mamie » eu égard à son âge. Et alors qu’elle s’attendait à un mot aimable, voire à une bénédiction, la jeune fille a eu droit à un terrible « de toute façon, elle n’est qu’une esclave et donc elle devait céder sa place à n’importe quel Marocain dans ce bus ! » Incrédules pendant un moment car ne parlant pas la darija, nous avons été abasourdis après qu’une Mauritanienne, noire elle aussi, nous eut traduit la phrase. C’était d’autant plus choquant qu’il ne s’agissait pas là de gamins comme à J5, mais bien d’une personne du troisième âge qui, à travers ce comportement, venait par ailleurs de porter un sacré coup à l’un des piliers de l’éducation africaine : le respect des personnes âgées. En effet, suite à cet incident, certains étudiants ont décidé de se passer le mot : désormais, on ne cède plus sa place à qui que ce soit, fût-t-il mourant !

Mendiante… et raciste
Comment peut-on être mendiante et avoir ce sentiment de supériorité propre à tous les racistes du monde ? La scène s’est déroulée à Rabat quand j’y étais encore étudiant. Un ami comorien au teint de jais, qui venait de percevoir sa bourse, s’est arrêté devant une femme d’un âge avancé qui lui tendait la sébile et lui a remis une pièce de dix dirhams. Alors qu’il continuait son chemin, il entendit la mendiante dire en arabe : « Oh mon Dieu, qu’ai-je fait pour mériter un tel sort : un Noir, un fils d’esclave, qui me fait l’aumône ? ! » Le bienfaiteur n’en croyait pas ses oreilles. Revenant sur ses pas, il dit à la femme, en lui tendant un billet de vingt dirhams : « Excusez-moi, c’est vingt dirhams que je voulais vous donner et non dix. » Quand elle lui a rendu la pièce de dix, le jeune étudiant l’a remise dans sa poche... avec son billet de vingt dirhams ! Il a alors assené à la mendiante, en arabe classique (les Comoriens sont aussi arabophones) : « Puisque votre dieu entend bien vos complaintes, demandez-lui donc de l’argent ! »

« La prochaine fois, on te tue ! »
Flâner aux alentours de la résidence universitaire à Rabat, quand j’y vivais encore, relevait d’une aventure dangereuse. De nombreux étudiants subsahariens y ont été victimes d’agressions atroces, certaines ayant même abouti à des hospitalisations. Je me souviens de Sacko, un étudiant malien, et de Kromah, un Libérien, pour ne citer qu’eux. Le premier avait été sauvagement roué de coups juste à l’entrée du campus, ses bourreaux lui crachaient dessus et le traitaient de « qird » (singe), de « k’hal » (Noir) de « 3abd » (esclave)… Et n’eût été l’intervention des gardiens alertés par ses cris stridents, il serait mort. Finalement, il s’en est sorti avec plusieurs mois d’indisponibilité médicale, et a dû manquer la période des examens.
Kromah, lui, s’était pris un violent coup de couteau au niveau de l’abdomen. A la vue d’un groupe d’étudiants qui passait par là et qui était plus important en nombre, ses agresseurs ont pris la fuite, mais pas sans lui lancer cette menace : « La prochaine fois, on te tue ! Et c’est valable pour tous tes camarades, transmets-leur le message. Compris, sale nègre ? » L’étudiant libérien, qui saignait abondamment et qui se tordait de douleur, n’a pu répondre que par un acquiescement de la tête.
Sacko et Kromah ne sont ni les premières ni les dernières victimes d’agressions anti-Noirs dans les environs de la cité, mais leur mésaventure a été la goutte d’eau de trop : les étudiants subsahariens étaient alors descendus dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol et appeler les autorités à prendre les mesures qui s’imposaient. Depuis, le phénomène a certes perdu de l’ampleur mais il persiste.
Même les professeurs s’y mettent
Et pendant que de jeunes Marocains à la « chasse » au Noir semaient la terreur dans les environs immédiats du campus, dans les salles de classe, certains professeurs, pourtant censés véhiculer des valeurs telles que le respect de la dignité humaine, se sont montrés tout simplement indignes de l’une de leur mission. C’est le cas de cette professeure qui, en plein cours, ne s’est pas gênée pour traiter une Gabonaise de « négresse ». Je me souviens que nous nous étions tous regardés avant de baisser la tête un certain moment. Alice – c’est son prénom –, qui était assise juste à côté de moi, m’a lancé un regard qui me hante encore aujourd’hui et m’a dit : « J’ai suffisamment entendu ce genre de propos désobligeants dans la rue et dans les transports en commun pour m’en accommoder, car je les ai jusque-là mis sur le compte de l’ignorance ; mais venant d’une prof’… » L’enseignante dont il est question est aujourd’hui à la retraite, je l’ai croisée une ou deux fois dans des conférences.

« Quelle heure est-il ?... »
Il s’agit là d’un classique ! Au début, je ne comprenais pas pourquoi le « quelle heure est-il ? » était accompagné d’un sourire narquois dès que je regardais ma montre pour y répondre. Les aînés m’ont expliqué par la suite que c’était pour me signifier : « Regarde ton poignet et rappelle-toi que tu es noir ! » Désormais, dès qu’on me demande ch’hal essa3a (quelle heure est-il ?), je préfère prendre mon téléphone portable pour répondre…

L’autre Maroc
Faut-il mettre pour autant tous les Marocains dans le même sac ? Assurément non ! Car si j’ai pu rester plus de douze ans dans le Royaume, c’est parce qu’à côté de cette frange ignorante – le racisme est une des métastases de l’ignorance – et intolérante, il y a l’autre Maroc, celui qui ne chosifie pas les Noirs, le Maroc ouvert. C’est celui-là qui m’a permis de minimiser l’impact de ceux qui me traitent de « 3azzi », de « hayawan » ou encore de « khanzir ». Ce Maroc, je l’aime, je le fais mien.
Par ailleurs, autant j’ai pu mesurer tous les efforts consentis par les autorités marocaines pour raffermir davantage les relations politiques, économiques et culturelles avec le continent, autant je remarque que malgré tout l’Afrique subsaharienne reste inconnue de nombre de Marocains. Car ces derniers tendent à surestimer la vocation européenne du Royaume ou ses solidarités culturelles avec d’autres aires (monde arabe). Il est sans doute temps de recadrer cette vision.
Enfin, il ne faut pas ignorer le fait que le racisme existe… au Maroc aussi. Il faut même oser en débattre ouvertement. Mais il faudrait au préalable que l’éducation de base, celle inculquée par les parents et celle apprise à l’école, joue pleinement son rôle. Le racisme expliqué à ma fille de Tahar Benjelloun est vivement conseillé dans ce sens.
Pour qu’on ne me rappelle pas sans cesse mon apparence mais qu’on se souvienne d’abord de ce que je suis, c’est-à-dire un humain.
Bassirou Bâ

***

Interview avec Mohammed Ennaji
Aux sources  du racisme anti-Noir

Quelles sont les origines du racisme au Maroc ? On pense bien sûr à l’esclavage. Mais dans un pays métissé, les raisons sont aussi parfois plus complexes.
Auteur de nombreux articles et ouvrages sur la question de l’esclavage, Mohammed Ennaji nous explique les raisons historiques à l’origine d’une certaine perception des Subsahariens par les Marocains.

Certains Marocains nourrissent un complexe de supériorité manifeste vis-à-vis des Subsahariens. Qu’est-ce qui, historiquement, peut expliquer cette attitude ?
C’est peut-être un phénomène qui relève de la logique des relations Nord-Sud ! Historiquement, l’Afrique du Nord a dominé les régions subsahariennes, cette domination n’est pas étrangère à ce sentiment. La représentation des sociétés africaines de l’Ouest comme des formations primitives  y est sans doute pour beaucoup. Il suffit de lire les géographes arabes du Moyen-âge pour en prendre conscience, sans parler d’Ibn Khaldoun. Et puis, l’esclavage a été déterminant dans ce sens, les sociétés pourvoyeuses d’esclaves étant forcément perçues comme inférieures. Il y a ainsi des origines historiques à ce que vous appelez un complexe de supériorité. La question évidemment n’est pas de savoir s’il est fondé ou pas, mais simplement d’en retrouver les motifs.

Pourtant, les contacts entre le Maroc et cette partie de l’Afrique remontent à plusieurs siècles, grâce notamment aux échanges transsahariens. Ces contacts ont même donné lieu à un métissage entre Marocains et Subsahariens…
C’est exact, mais ce sont justement ces contacts qui ont engendré un tel sentiment. L’importation d’esclaves noirs est venue le conforter. Il faut s’imaginer les choses telles qu’elles se passaient : sur les marchés, dans les foires, les Noirs affluaient pour être vendus comme des bêtes de somme. Dans les bourgades rurales, ces derniers étaient vendus sur l’aire de vente du bétail, c’est dire la vision qu’un tel spectacle pouvait engendrer. Le savez-vous, les marchands d’esclaves sont appelés en arabe « nakâssa », ce qui désignait au départ les conducteurs de troupeaux de bétail. Alors ces êtres malmenés sur les pistes sahariennes pour parvenir dans les foires du Sud marocain, et puis acheminés par les intermédiaires sur les marchés des grandes villes dans des conditions peu recommandables, ne jouissaient pas de la considération de la population. Ils parlaient des langues incompréhensibles pour les locaux. Egalement, les textes ne manquent pas où on les traite de quasi-animaux ! Cela dit, un bémol doit être apporté à cette vision. Contrairement à l’Amérique du Nord, ce n’est pas le Noir qui est perçu ainsi, mais l’esclave. En raison des métissages, les Noirs pouvaient accéder à des positions très enviées. Certains rois, princes ou chefs de grandes maisons l’étaient. Il n’y avait pas une ghettoïsation des Noirs ici. Mais avec le temps, le statut a fini par englober la couleur, et le Noir est devenu synonyme de « 3abd ».

Il a fallu attendre 1912, sous le Protectorat, pour assister à l’interdiction du commerce d’êtres humains…
Le commerce public a été interdit par le Protectorat en 1912, le trafic d’esclaves a continué cependant dans les régions non soumises. Par la suite, un trafic clandestin a persisté qui permettait de fournir les maisons bourgeoises. Les esclaves provenaient soit du rapt dans le Sud, soit d’un commerce, même affaibli, à travers le Sahara.

On a souvent entendu parler de la garde noire de Moulay Ismaïl, de quoi s’agit-il 
La garde noire a été mise en place par Moulay Ismaïl, on l’appelle « abîd al-Bukhari » parce que ses membres ont prêté serment sur le recueil de Bukhari. Elle a constitué un moyen de contrôle de l’Etat sur une société segmentaire. Elle a aussi été un moyen d’insertion efficace des Noirs dans l’appareil d’Etat, et donc de promotion sociale. Souvent, les esclaves maltraités par leurs maîtres prenaient la fuite et venaient rejoindre cette garde. Au XIXe siècle, les sultans ont légalisé ce phénomène.

Par ailleurs, il existe, y compris même chez des intellectuels marocains, cette attitude d’«auto-exclusion par le verbe » qui consiste à appeler les Subsahariens « les Africains » comme si le Maroc ne faisait pas partie de ce continent !
Par le verbe, vous avez raison ! Il y a des raisons objectives à cela. La première est l’obstacle pendant longtemps infranchissable du Sahara. La Méditerranée l’était moins, et le Maroc a vu bien des civilisations arriver chez lui par le nord. A cela s’ajoute la différence des niveaux de civilisation matérielle des deux côtés du Sahara. Le Maroc est un pays de grande ouverture sur l’Europe et l’Est, et cette attraction l’a quelque peu mentalement éloigné de son identité africaine. Mais cette dernière est bien affirmée dans les mœurs, dans le peuplement, dans la culture. Elle va s’affirmer de plus en plus avec la prise de conscience de la place réelle de ce pays dans l’échiquier mondial.


Ana, Cap-Verdienne
« On me traitait de cafard noir »
J’ai débarqué au Maroc en septembre 2004 pour y poursuivre mes études supérieures. J’ai eu mon premier choc dans le train me ramenant de Casablanca à Rabat : en nous voyant entrer dans le même compartiment qu’elle, une vieille dame s’est levée en bouchant son nez, en crachant par terre avant de claquer la porte du compartiment ! Mes copines qui étaient venues me chercher, m’ont fait savoir qu’il valait mieux ne pas en tenir compte car tout au long de mon séjour, je serais souvent confrontée à ce genre de comportement. Elles n’avaient pas tort.
A Fès où j’ai passé mes deux premières années à la faculté, on me traitait tantôt de « 3azzia » (négresse), tantôt de « cafard noir ! » Quand ça ne se cantonne qu’aux injures, ça passe, mais lorsque cela vire à l’agression physique, c’est difficile à encaisser. Certains jours, j’étais désespérée au point de vouloir rentrer avant même la fin de mes études. D’autres fois, j’étais tellement révoltée que je me suis mis en tête de créer une association de lutte contre le racisme au Maroc.
Je n’ai fait ni l’un ni l’autre. Mais aujourd’hui, je suis heureuse d’être retournée chez moi au Cap-Vert et je trouve malheureux qu’on ait vécu huit longues années dans un pays sans pour autant se reconnaître dans cette société qui nous a pourtant appris à devenir des hommes et des femmes. Mon projet n’a pas abouti, mais je nourris secrètement le rêve que quelqu’un d’autre aura le courage et la patience de mener une telle entreprise pour que ces agissements cessent ! »

Halima, Sénégalaise
« Mes amies ont hâte de quitter ce pays »
Le racisme envers les Noirs il existe bel et bien au Maroc, inutile de le nier ou de fermer les yeux. J’ai vécu cinq années dans le Royaume. Je n’ai pas toujours vécu au quotidien ce racisme parce que je suis sénégalaise et que j’ai le teint clair ; je suis très souvent prise dans la rue pour une Marocaine du Sud, une Sahraouie ou encore une Mauritanienne. J’échappe ainsi aux regards inquisiteurs ou aux commentaires déplacés. Je n’ai pas subi le racisme primaire, celui qui pousse de nombreuses personnes à vous traiter de « 3azzia » dans la rue par exemple Par contre, il m’est arrivé de pleurer de chagrin suite à un mot déplacé ou à une attitude blessante de la part de camarades ou de professeurs.
Dans mon entourage, j’ai entendu et vu des situations choquantes. J’ai plusieurs fois consolé des amies qui, jurent-elles, ont hâte de quitter le pays une fois leurs études terminées, dépitées par le climat raciste. Je me souviens d’une jeune fille dans le bus, assise deux rangées devant moi, traitée de « noiraude » (et autres insultes beaucoup trop vulgaires pour être répétées), par plusieurs jeunes hommes. Face à sa placidité, ces derniers ont continué sur leur lancée et lui ont dit : « Rentre chez toi si tu n’es pas contente. » Je me souviens également du refus de ce propriétaire de louer son appartement ou son local à des… Noirs. »

Carole, Franco-Camerounaise
« Ils mimaient une meute de singe »
Tu n’es pas ma cousine ! C’est elle ma cousine », répétait sèchement ce vendeur des Habous à une femme noire tout en me regardant avec un clin d’œil complice. Cette femme noire… c’était ma mère. « Hé l’ânesse ! Drogba ! Drogba ! », scandaient des passants à une jeune fille noire qui se promenait à Marrakech. Cette jeune fille noire… c’était ma sœur.
Des petites filles encerclaient ma sœur, au Festival de Casablanca, en mimant une meute de singes. Le pire, c’est que comme je ressemble à une Marocaine, les Marocains racistes se confient à moi ouvertement quand ils parlent des Français et/ou des Noirs... Ignorant que je suis moi-même française et noire... Mais j’ai aussi droit au racisme anti-Français parce que je n’ai aucun accent quand je parle français et au racisme anti-Noir à cause de mon apparence. Je ne suis pas d’ici et je ne comprends pas. Voilà pourquoi je vends cette robe Mama Africa is the future. Une robe activiste, contre le racisme et pour la diversité au Maroc. »

Amal, étudiante
« Marocains et Mississippiens »
Je me souviendrai toujours de cette photo historique datant des années 50, où l’on voyait une étudiante américaine anonyme à la peau noire subir les sévices de ses camarades. Si cette photo m’intrigue autant, ce n’est pas vraiment pour l’injustice et l’intolérance de ces jeunes, la conjoncture américaine des 50’s et sa discrimination envers les Noirs étant connues de tous. Si cette photo m’interpelle autant, c’est surtout parce qu’aujourd’hui, au XXIe siècle, dans mon pays, un pays qui se veut ouvert, tolérant et protecteur des droits de l’homme, j’ai déjà été témoin de la même scène. Combien de fois j’ai vu mes amis subsahariens être discriminés devant tout le monde, pas seulement par les camarades… pire, par quelques « sages » professeurs, censés nous guider et donner l’exemple. Mesdames et Messieurs les Professeurs, sont-ils invisibles ces camarades de classe que vous faites semblant de ne pas voir en omettant souvent de leur donner la parole même quand personne d’autre ne la demande ? Ou quand vous vous exclamez, croyant être drôles mais ne faisant rire que vous-mêmes : « Oh, nous n’avons qu’un homme parmi nous aujourd’hui », faisant allusion aux deux Marocains absents, et faisant abstraction des deux Noirs pourtant présents qui, à les connaître pour leur courage, leur bonté, leur intelligence et leur désintérêt, sont deux fois les hommes que vous ne serez jamais… Plus aberrant encore, lorsque vous vous éternisez dans des explications en arabe dans un cours francophone, sans jamais traduire. Je n’aurais jamais cru qu’il existait des étudiants de premier et de second ordre… Le plus étonnant dans l’histoire, c’est que jamais je ne les ai entendus avoir un mot désobligeant envers vous, qui pourtant mériteriez des injures.  L’ironie dans tout ça, c’est que c’est souvent eux, ces Subsahariens venus de loin, pas très dignes d’attention selon vous, qui ont les meilleurs résultats et finissent majors de la promotion. Ils pourront au moins se satisfaire de savoir qu’au final, leur réussite, ils ne la doivent à personne et surtout pas à vous, chers Professeurs qui, en 2012, n’avez rien à envier aux Mississippiens des années 50 ! »


Demba, journaliste
« Etre Con ou raciste, il faut choisir »
Le sexisme comme le racisme commence par la généralisation. C’est-à-dire la bêtise », disait Christiane Collange. C’est d’autant plus vrai que je garde des stigmates de mon expérience marocaine. Arrivé au Maroc en octobre 2004, pour mes études universitaires, j’ai d’emblée été frappé par la gentillesse des agents de l’aéroport. L’hospitalité légendaire des Marocains prenait tout son sens.
Le 22 octobre 2004, mon deuxième jour dans le Royaume, me permet de jauger la température du milieu et me fait comprendre que je suis en territoire hostile. En effet, me baladant dans les rues du quartier Oulfa à Casablanca, j’étais loin d’imaginer ce qui m’attendait. D’abord des jets de pierre dans le dos. En me retournant, j’aperçois des jeunes qui s’enfuient, âgés entre 6 et 15 ans. Pour moi, ce ne sont que des voyous. Puis, je déchante lorsque les attaques se répètent, et semblent ne cibler que moi. Pire, je me rends compte que les adultes aussi s’y mettent. Ils me lancent des œufs pourris ou des sachets d’eau. La rage m’envahit peu à peu.
Les jours suivants, les événements se sont enchaînés, tant pour moi que pour mes compatriotes. Lorsque les uns prenaient des baffes par des personnes en moto, d’autres encaissaient des pierres lancées par des jeunes sur la route de la fac ou dans le quartier. Sans oublier les filles à qui on soulevait les jupes ou celles qui se faisaient violer et traiter de putes ou de sales esclaves.
Les mésaventures des Noir (es) au Maroc, j’en connais une bonne trentaine.
De caractère impulsif et rebelle, j’ai toujours protesté contre les injustices. Mais j’ai encore plus horreur des cons qui, par ignorance ou par perversité, prennent un malin plaisir à dénigrer ceux qui leur sont différents à tous égards.


Une « prof » raciste, ça existe ?
Durant ma deuxième année universitaire à la faculté des Lettres Aïn-Chock de l’Université Hassan II, une de mes professeurs dont je n’ai pas retrouvé le nom m’a estomaqué de la pire des manières qui soit. Alors que certains de mes condisciples venaient de terminer leur exposé, cette mégère, me prenant de haut, m’interroge : «L’Africain a-t-il quelque chose à dire ? » Je n’ai pas bougé d’un iota. Elle renchérit : « Quoi, l’Africain n’aime pas que je l’appelle Africain ? » Dans ma tête, je cherchais la meilleure réplique possible pour la remettre à sa place. Mais subitement, elle s’approche de moi et m’invite à tendre mon bras vers elle. Je le fais sans hésiter. Mon bras tendu, elle prend le sien et le tend également vers moi. Puis me demande : « Qu’est-ce que tu vois ? Quelle est ta couleur ? » N’ayant pas compris le rapport entre le fait que je sois noir et mon nouveau nom « L’Africain » – Léon me pardonnera –, je lui ai répondu, non sans ironie, que j’étais marron. Et là, toute la classe s’est mise à rire. Un rire un peu forcé, car la gêne de la scène qui se déroulait devant eux se lisait sur les visages. Aucun d’entre eux n’a osé dire quoi que ce soit. J’ai ensuite rappelé au professeur qu’être appelé « Africain » ne m’a jamais vexé, excepté si cela venait d’une Africaine qui se prenait pour une non-Africaine, surtout avec autant de dédain. Puis s’en est suivie une discussion qui a pris fin grâce à l’intervention d’un autre professeur. Depuis ce jour, mon rapport aux profs et aux étudiants a changé. D’autres histoires vont prendre forme tout au long de mon séjour au Royaume. Heureusement pour nous, Jean-Louis Baptiste Gresset nous rappelle que « le jugement d’un seul n’est pas la loi de tous. »

 

dimanche 9 septembre 2012

Maladie à la con

A l'écoute d'une interview de Bertrand Picard ( il a battu un record avec un ballon, blah, blah) d'une prétention sans fond, où il donnait son avis sur le fonctionnement du pays, ce qu'il faudrait faire, ce qu'il ne faut plus faire et franchement : pollueur d'air...et à la fin de cet entretien, il dit présider une assoc' Wind of hope qui s'occupe d'une maladie : le noma, une forme agressive de gangrène, et ça se trouve, bien sûr, en Afrique...voilà ma curiosité piqué, un petit coup de google et effectivement quand ça veut pas, ça veut pas.....c'est bien du malheur, et à cause de la ?... pauvreté...et comme c'est localisé et touche des pauvres en Afrique, donc les labos : peau de zob

kesako, plus d'infos ici : http://www.windsofhope.org/

                                             qu'est-ce que c'est que ça ?