lundi 21 mars 2016

Tania de Montaigne a un avis

 
jeudi matin de la semaine dernière dans la revue de presse de Mam' Poloni, j'entends causer de cet avis et De Montaigne est même qualifiée de "courageuse"...
elle a tenu a le partager dans un article dans Libé...au fait un avis sur quoi ? ....sur l'affaire Saldana/Nina Simone....vendredi après 3 heures du mat', une rediff', elle défend sa position chez Ruquier sur ReTeLe....bon, err....
du racisme des noirs contre Saldana ?.....sérieusement !
Visage noir, idées pâles
Par Tania De Montaigne — 16 mars 2016
Aux Etats-Unis, une polémique aura encore eu la peau d’un film. Pas un film sur un sujet brûlant, pas un film sur un sujet violent, non un film sur la vie de Nina Simone. Un film interprété par Zoe Saldana et tout le problème est là. Zoe Saldana est une actrice, une actrice noire, pour être précise, disons, qu’en tout cas, elle est loin d’être blanche, très très loin. . 
Comme toutes les actrices pas blanches, Zoe Saldana sait que tout un tas de rôles lui sont interdits parce qu’elle est noire et que les actrices noires, c’est pas bon pour le box-office, c’est ce que disent les gens du marketing. Ça vaut aussi pour les actrices rouges, jaunes…, enfin pas blanches quoi. Déjà que les actrices, c’est pas fameux, mais noires (rouges, jaunes…) ça rajoute au problème, c’est ce que disent les gens du marketing. Donc, une actrice noire apprend un jour qu’elle a été choisie pour incarner Nina Simone. Elle est heureuse, probablement, nous n’y étions pas, mais, sûrement, elle est heureuse. Comme elle est actrice, elle se dit qu’elle va jouer un personnage qui n’est pas elle, elle va donc faire ce que font les acteurs, jouer avec les spectateurs et leur imaginaire de telle sorte que la fiction leur devienne réelle. C’est une convention millénaire entre le spectateur et l’acteur, nous nous asseyons dans une salle pour créer ensemble l’illusion d’un réel dont nous savons qu’il n’existe pas, et c’est justement pour ça que soudain il existe, parce que nous l’avons fabriqué ensemble, et qu’il devient nôtre. Mais j’en reviens à Zoe Saldana qui croit à la fiction, à l’imaginaire, au jeu, c’est pour ça qu’elle est actrice. Elle joue Nina Simone, elle y croit, et un jour, le film est fini, montage, mixage, il est prêt à être vu.
Seulement ce que Zoe Saldana ne sait pas, c’est qu’entre-temps, le monde a fini de jouer, il y a des associations, des intellectuels, des leaders d’opinion qui établissent des politburo à ciel ouvert, ils tweetent, ils hatent, ils dislikent et, soudain, l’actrice est sommée de faire son autocritique. Pas du point de vue artistique bien sûr, les politburo n’en ont que faire de l’artistique. Non, ce que l’on reproche à Zoe Saldana c’est d’avoir usurpé sa place, c’est de n’être pas assez noire, de n’avoir pas le nez assez large, les lèvres assez épaisses. En fait, ce que l’on reproche à Zoe Saldana, c’est de n’être pas Nina Simone. Un peu comme si on avait accusé Marion Cotillard d’être moins pâle qu’Edith Piaf, d’être plus grande, de n’avoir pas vraiment d’arthrose, de n’avoir pas les cheveux fins et rares, de n’être pas toxicomane, et de n’être pas vraiment morte à la fin du film. Si une telle polémique avait éclaté à propos de la Môme, nul doute qu’elle n’aurait eu aucun écho, on aurait ri de ces reproches délirants et on serait passé à autre chose. Mais, là, le problème est tout autre, il ne s’agit pas de rire car les membres du politburo sont noirs et on ne contredit pas des Noirs, par crainte de se voir accuser de racisme ou pire de «négrophobie». De même que l’on s’interdit de penser l’islamisme puisque «l’islamophobie» guette tout contrevenant. On laisse donc les noirs se débrouiller entre eux, comme si ce sujet n’était un sujet pour personne d’autre. Négrophobie, islamophobie, quand les tenants de la «phobie» prennent la main, la pensée recule et la morale s’installe. On n’évalue les choses qu’en bien ou mal et, seul l’émetteur compte, il y a ceux qui ont le droit de parler et ceux qui ne l’ont pas. Peu importe ce qui se dit, c’est qui le dit qui compte. Quand la menace de la «phobie» domine, comme tout totalitarisme, plus rien n’a de relief, tout est à plat, il n’y a plus d’art, plus d’imaginaire, la fiction, le jeu, tout disparaît. L’absurde devient la norme. Donc, pour jouer Nina Simone, il faut être Nina Simone, ou sa fille ou sa cousine ou une actrice dont la carnation et la frisure auront été validées par un comité spécial autoproclamé, un comité qui sait ce qu’est une bonne noire, une vraie noire. Faudra-t-il aussi que cette actrice soit réellement maniacodépressive ? Faudra-t-il qu’elle ait vraiment commencé le piano à l’âge de 3 ans ? Et si l’on suit ce raisonnement alors il faut en déduire que James Bond ne peut pas être joué par un acteur noir, qu’une femme ne peut pas jouer un homme, que jamais un acteur ne sera plus acteur puisque l’acteur doit réellement être ce qu’il prétend incarner. Fini la fiction, il n’y aura plus que des documentaires. Ce qui est triste, c’est que les tenants de ce faux débat interdisent que la vraie question, celle d’une nécessaire diversité des représentations, ne devienne un sujet pour tout un chacun, quelque soit sa couleur. En scindant la pensée, les combats qui devraient être l’affaire de tous deviennent l’expression d’intérêts particuliers de plus en plus étriqués, alors même que les luttes ne sont jamais plus efficaces que lorsqu’elles atteignent l’universel. Si nous sommes interdits de penser autrui comme un autre nous-mêmes, que reste-t-il de notre humanité ?
Voilà pourquoi nous ne verrons probablement jamais Zoe Saldana jouer dans le biopic de Nina Simone, parce que des racistes noirs sont parvenus à faire taire la pensée. Voilà pourquoi, noirs, blancs, rouges, jaunes, cathos, musulmans, juifs… il faudra toujours se souvenir des mots de Senghor : «Les racistes sont des gens qui se trompent de colère.» Remettons la colère au bon endroit.
                                                  
                                                                      
<<<<moment où j'apprends que je suis une raciste noire, parce que je trouve suspect le choix de Saldana...
Tania de Montaigne semble ignorer l'existence du mot : colorism....qu'est-ce que l'islam vient faire la dedans...à quel public s'adresse-t-elle ?...une performance d'actrice qu'elle n'a pas vu....quelqu'un peut-il informer mam' de Montaigne que le film s'est fait et sort en avril....
en parlant de racisme pourquoi ne pas dénoncer le traitement réservé aux africains par...au hasard...les libyens....je tiens à sa disposition une liste de sujets d'indignation que celui de plaindre Zoé Saldana....
les producteurs blancs ont choisi Saldana à cause de sa négritude diluée...ses traits ne vont pas rebuter les spectateurs...et pourquoi a t-elle accepté ?...parce qu'elle est productrice exécutive, et qu'elle  a donc  mis du pognon dans l'affaire....Saldana s'est donc choisie....Saldana est victime de rien, elle s'est choisie le rôle, elle s'est castée elle-même....Est-ce que quelqu'un pourrait partager l'info avec  miss De Montaigne....

je croyais bêtement que lorsqu'on faisait un biopic, un minimum de ressemblance physique était requis, Tania nous dit que....non
la question est pourquoi Saldana croit-elle qu'elle peut être une Simone crédible ?
<<<de quoi je me mêle ?....ah oui De Montaigne a eu le prix Simone Veil, donc : "je vais dénoncer ces vilains racistes noirs, parce qu'on ne les dénonce jamais assez..."
 
 
ben effectivement, elle est loin d'être blanche...plus noire vraiment y'a pas...elle est même dans le tableau de chasse de Bradley Cooper....
 
 
 on lui colore la peau, on lui pose un nez qui se veut négroïde.....c'est ça qui m'emmerde....
<<<Saldana est-elle bankable à elle seule ?..non...elle a eu des rôles dans des films bankable donc par association le public va suivre ?....non...
elle est dans : Star trek, Pirates des caraïbes, Avatar....qui n'ont pas vraiment été des échecs...
Nina Simone's Trailer (2016)

et si un de ces connard de producteur avait choisi Beyonce, ou Alicia Keys....j'aurais été à la tête des haters.....je me demande sur qu'elle autre onde elle est allée répandre son indignation sur le choix de Saldana ?....qui je le rappelle s'est auto choisie...elle productrice du projet....
<<<Marion Cotillard était ridicule en Piaf.....qui a souffert d'être pauvre, petite et moche....et il n'y avait pas l'impression de blackface....
si Adèle veut incarner à l'écran  Beyonce(cette grande chanteuse noire) dans un biopic....ah!ah!ah!ah! elle serait crédible...
elle est effectivement "loin d'être blanche"
...cette définition de la femme noire selon...est...ouaip !....on a dit diluée la négritude chez la femme
 exemples de couples télé...et si vous n'en déduisez rien, c'est que........
 
*******
oui mais euh Denzel Washington a joué Malcom X, qui était claire de peau et le cheveux roux....oui et alors ?....X ne joue aucun rôle dans mon imaginaire et tous les docs vu sont en noir et blanc....on ne lui a pas éclairci la peau....
*****
oui mais on a foncé la peau de Kerry Washington dans Le dernier roi d'Ecosse, de même que Forrest Whitaker qui jouait Amin Dada....ne jouant aucun rôle dans mon imaginaire, n'ont pas une image forte....plus réalisateur et producteur sont blancs.....
le résultat n'est pas du tout suspect, voire bizarre 

dimanche 13 mars 2016

2 articles pour redonner la....pêche

<<<<réveil brumeux, à cause de quelques mélanges hasardeux et alcoolisés, parce que les propos tenus par les personnes autour de la table étaient...err...euh...well !....really ?....au seeeeccccoooouuurrrssss !
et première info entendu :

Au Soudan du Sud, le gouvernement a autorisé des soldats «à violer les femmes en guise de salaire» selon un rapport de l'ONU....

Depuis son indépendance du Soudan à l'été 2011, le Soudan du Sud est un pays maudit. Troupes gouvernementales et rebelles se disputent les champs de pétrole dans le nord du pays, aucun Etat digne de ce nom n'a émergé, et les exactions plus atroces les unes que les autres sur les civils s'empilent au fil des mois.
......des groupes alliés au gouvernement sont autorisés à violer les femmes en guise de salaire», au nom du principe «faites ce que vous pouvez et prenez ce que vous voulez». Le Soudan du Sud, indépendant du Soudan en juillet 2011 après des décennies de conflit avec Khartoum, a sombré dans la guerre civile en décembre 2013 lorsque le président Salva Kiir a accusé son ancien vice-président Riek Machar de fomenter un coup d'État. Plus de 2,3 millions de personnes ont été chassées de chez elles et des dizaines de milliers tuées par la guerre et les atrocités dont les deux camps se sont rendus coupables.
http://www.slateafrique.com/657149/soudan-du-sud-viols
le président du pays, un dénommé Salva Kiir, porte très souvent un stetson....et err...je veux pas savoir pourquoi...il se prend pour un cow-boy...

<<<bon ben quand ça veut pas, ça veut pas....allez encore un peu de bonheur !

En Centrafrique, le commerce du sexe est devenu un moyen de survie généralisé . Aux abords des bases de l'ONU, de très nombreuses femmes se prostituent pour survivre.

....dans ce pays ravagé par trois années de conflit où sévissent encore de nombreux groupes armés, les violences sexuelles sont généralisées partout dans le pays.
....pour les plus démunis, le commerce du sexe est surtout devenu un moyen de survie....
http://www.slateafrique.com

 
on a les lecteurs qu'on mérite....
 
 
 
 
 
 en début du mois, j'avais repéré un article, sur la vidéo, de ce jeune noir anglais en Chine....un groupe d'étudiant avec des noirs dedans....et donc nos amis asiatiques ont sorti leur appareil photo, ont essayé de les toucher...nous on sait ce que ça veut dire...

 ou un coule mixte en Chine, la fille nous dit que les gens la prennent beaucoup en photos...
 https://www.youtube.com/watch?v=OOuQq2Yec3Q
                           
                                                
<<<<lors des derniers Jeux Olympiques en Chine, les athlètes noirs étaient très demandés pour des photos aussi....si quelqu'un avait regardé attentivement les images, il y aurait vu...quelque chose de dérangeant....
 

samedi 12 mars 2016

Sister Rosetta Tharpe ou les Sisters Mac Coy

 
pourquoi est-ce seulement cette année que j'apprends que Sister Rosetta Tharpe a existé...parce que je lisais des articles dont l'Etre a différé la lecture...je googelise et effectivement...jamais entendu ce nom....elle joue de la guitare...électrique...noire, femme...waouh !
j'en suis officiellement amoureuse :
 
<< voyons si sa vie a été une tartine de guano....elle est née en 1915 dans l'Arkansas, de père inconnu, sa mère Katie Tharpe était chanteuse et joueuse de mandoline....évangéliste...encouragée par sa mère, elle commence à jouer de la guitare et est très douée...blah blah blah blah blah blah blah ....le côté religieux "devines qui vient prier ce soir" me rebute, ....elle meurt du diabète en 1973, avec une jambe en moins...Elvis et autres mâles ont pris toute la couverture....
elle est plus intéressante à regarder au final....la lecture de la bio de Steph St-Clair a épuisé ma patience.....
 
 
<<<ah des siamoises noires....les Sœurs Mac Coy, Millie and Christine....
<<<ça sent la tartine de guano....quelle belle façon d'entrer dans la vie....sacrum collé....bon err, non je n'ai pas envie d'en savoir plus, cette page wikipédia me suffit...je ne veux pas savoir pour les....toilettes...
 
"Nées esclaves en Caroline du Nord en 1851, elles furent vendues à un homme de cirque, J.P. Smith, à la naissance, mais furent ensuite kidnappées par un rival qui les emmena en Angleterre.
Lorsque le pays abolit l'esclavage, Smith se rendit en Angleterre pour récupérer les filles et amena avec lui leur mère, dont elles avaient été séparées. Son épouse et lui-même prirent en charge leur éducation et leur apprirent 5 langues, à jouer de la musique et à chanter. Elles firent carrière sous le nom de Rossignol à deux têtes et tournèrent avec le cirque Barnum. Elles moururent en 1912 de tuberculose, à 17 heures d'intervalle."
https://fr.wikipedia.org/wiki/Millie_et_Christine_McCoy