jeudi 5 novembre 2020

Russie, mode, noir

confifi...confinement qui n'en est pas tout à fait un....y'a plein de gens dans la rue...
j'évite toutes infos sur le virus,  et les gens qui ont un avis dessus....les élections ricaines.....des rappeurs sont sortis du bois pour nous dire que le type aux cheveux orange est génial, parce que lui ne va pas augmenter les impôts...

je suis toujours sur la Russie...cette fashion week russe est bien sûr révélatrice de quoi vous savez....je me suis tapée les pensées d'une présentatrice télé métisse....la traduction n'était pas top, voire bof....elle comparait le racisme ricain au russe....
Alina Polyanskikh: le racisme est enraciné à la fois en Russie et aux États-Unis, mais l'Amérique ne prétend pas qu'il n'y a pas de problème
https://rtvi.com/blogs/alina-polyanskikh-rasizm-ukorenisya-i-v-rossii-i-v-ssha-no-amerika-ne-delaet-vid-chto-problemy-net/
Lutter contre le racisme sur le podium : problème noir dans Red Square

"Ils n'aiment pas les gens de couleur en Russie », m'a-t-on dit avant de me rendre à la Fashion Week de Moscou.
Le ministère britannique des Affaires étrangères avertit que les voyageurs d'apparence afro-caribéenne ou asiatique pourraient «attirer une attention indésirable» et conseille de faire preuve de prudence lorsqu'ils sortent la nuit. Quelques rencontres un peu gênantes autour de la Place Rouge ont confirmé que ce n'était pas l'endroit le plus convivial.
Alors, pourquoi le créateur noir Soji Solarin a-t-il choisi cette ville pour sa toute première fashion week, lançant sa collection provocante Negro Cowboy ?

Avant même que les modèles ne soient sur la piste, la réaction à leur présence était moins que positive, a déclaré Solarin à Euronews Living.
«Ils étaient tellement impolis avec mes modèles dans les coulisses que j'ai dû sortir. La maquilleuse était dédaigneuse, elle m'ignorait moi et les modèles.

La Mercedes Benz Fashion Week Russia n’était pas au premier plan de l’agenda de Solarin il y a encore deux mois. Après être entré dans un programme mondial de talents, il l'a pratiquement oublié jusqu'à un appel lui demandant s'il pouvait se rendre à Moscou pour l'événement d'octobre.
«À ce moment-là, je n'avais que 12 modèles dans la collection, mais je devais en apporter 25 à montrer sur le podium, alors j'ai bien fini par concevoir la moitié de la collection en deux jours.

Solarin était devenu obsédé par un rodéo noir qu'il avait vu à Los Angeles, qui rendait hommage à la longue tradition des cowboys afro-américains dans le Far West. Une tradition largement effacée de l'histoire.
Cela l'a inspiré à créer la collection Negro Cowboy qu'il a décidé d'apporter en Russie. La collection remet en question l'expérience noire et en particulier l'identité noire américaine, ainsi que les problèmes de propriété des mots qui la divisent .
Sur les podiums, les vêtements portés par les mannequins noirs de Solarin portent souvent des slogans tels que "Voodoo Baby", "Negro Cowboy", "Every Nigga Is A Walking Miracle" et "Colored".
Pas ceux porté par les mannequins blancs.
«Nous ignorons tellement ces mots que les voir ouvre la porte à la conversation», déclare Solarin. «Je suis une personne de couleur, alors je peux me qualifier de couleur. Je suis autorisé à m'identifier de cette façon, je ne le dis à personne. »
Il me dit que des amis blancs lui ont demandé s’ils étaient autorisés à porter ses vêtements.
"Je suis comme" bien sûr, mais n'allez pas acheter le t-shirt Negro Cowboy ".

Vivre l'expérience noire à travers le monde lui a permis de mieux comprendre ses multiples facettes que la plupart. Solarin, né au Nigéria, a déménagé aux États-Unis à l'adolescence et est maintenant basé à Berlin.
Il dit que le point commun est que «on nous a toujours dit que nous étions des citoyens de troisième classe».

Compte tenu de l'histoire de l'esclavage aux États-Unis et de la militarisation du mot N, Solarin accepte que le terme soit plus chargé en Amérique que dans sa patrie d'adoption, l'Allemagne.
Et si la réaction à sa collection a toujours été positive, elle a mis en évidence des lacunes idéologiques, non seulement sur les questions de race et d'ethnie, mais aussi de nationalité.

«Les Américains ne comprennent pas toujours, ils sont impressionnés par la réussite», déclare Solarin. «Mes amis en Allemagne sont impressionnés par le travail.»
Même dans le Berlin créatif et libéral, «j’ai connu des gens qui devaient demander à des amis d’arrêter de dire« nègre »», me dit-il.
Le mot est des Noirs et des Noirs, dit-il. S'ils choisissent de l'utiliser. "Le fait est que ce mot n'est pas pour tout le monde."

Cependant, le récit racial de la Fashion Week de Moscou ne se résume pas à des mots.
En dépit d'apporter sa perspective unique à l'émission, Solarin n'est pas le seul à faire une déclaration sur la race. Le podium immédiatement après Solarin a présenté une série de modèles blancs arborant des canerows et des dreadlocks - un mouvement qui a été critiqué sur les pistes dans le passé pour l'appropriation culturelle.

«C’est probablement mieux que je ne l’ai pas vu», déclare-t-il. «Je ne fais pas partie de ces personnes qui pensent que les Blancs ne devraient pas avoir de dreads, mais je ne pense pas que ça a l'air bien. Il y a beaucoup de beauté dans la culture européenne sur laquelle les gens pourraient puiser. "

Mais c'est la culture noire, en particulier la culture africaine, qui passionne Solarin.

«Lorsque j'ai déménagé aux États-Unis pour la première fois, un enfant m'a demandé si j'avais un jaguar pour animaux de compagnie au Nigeria», dit-il. «Ce n’était pas la faute de l’enfant, mais cela est resté coincé et cela m’a fait réaliser que la perception de l’Afrique n’a pas évolué avec le temps.»
La révélation que les expérience
s qui façonnent sa vision de l’identité n’étaient pas partagées par ceux qui se trouvaient à l’extérieur de l’Afrique lui a incendié.

Bien que le Nigéria puisse être considéré en Occident comme faisant partie d’une Afrique homogénéisée et appauvrie, il possède la plus grande économie du continent. Parallèlement, l’Éthiopie, le Rwanda, la Côte d’Ivoire et la Tanzanie figurent parmi les 10 économies à la croissance la plus rapide de la planète, selon les prévisionnistes de Focus Economics.

«Je veux inspirer d'autres enfants noirs et réécrire le récit de notre existence», dit-il à propos de ses objectifs pour l'avenir.
La beauté est qu'il n'y a pas de moyen fixe de le faire, dit-il. «Nous pouvons faire notre propre truc, mais pour moi, ce que je veux accomplir avec mon travail est de changer la vision de l'Afrique.»
What it's really like working as a black fashion model in Russia

Rencontre avec le mannequin sud-soudanais de 23 ans, Thon Peter Athian (alias Nile Shadow), qui vit à Moscou. Yahoo Lifestyle l'a repéré pour la première fois lors du défilé d'Artem Shumov lors de la Mercedes-Benz Fashion Week Russia. Sur plus de 50 défilés au cours de la semaine, Athian n'était que l'un des rares modèles noirs qui ont été choisis. Voici son histoire de travail comme modèle de couleur dans l'industrie de la mode russe.

Athian est originaire du Soudan du Sud, où sa famille vit toujours. Il avait déménagé à Moscou pour obtenir son diplôme en génie pétrolier à l'Université d'État russe de prospection géologique.L'éducation est toujours une priorité. Il n'a jamais prévu de devenir mannequin, mais un événement fatidique il y a deux ans a tout changé. Athian a participé à un petit tournage indépendant où il s'est connecté à l'agence de mannequins Look Models Russia. Peu de temps après, il a été signé.

Depuis lors, Athian n'a eu aucun emploi en dehors de Moscou, mais il a pu faire quelques tournages à petite échelle en plus de sélectionner des apparitions sur les podiums pour des designers émergents comme Artem Shumov. Shumov est un designer avec lequel Athian travaille depuis le début de sa carrière et quelqu'un qu'il considère comme «embrassant sérieusement la diversité».

Lorsqu'on lui a demandé ce qui l'avait frappé chez Athian, le concepteur a déclaré à Yahoo Lifestyle qu'il ne s'agissait jamais de la couleur de la peau d'Athian - il s'agissait de sa beauté à la fois à l'intérieur et à l'extérieur: «Il est incroyablement beau - son visage, son sourire. Il a de si bonnes vibrations.

Mais dans le grand schéma des choses, Shumov est l'exception. Comment les autres designers traitent-ils Athian? «Bien que je n’ai encore connu aucune sorte de racisme, il a toujours été difficile d’être sélectionné dans les castings, en particulier par les designers locaux, à quelques exceptions près», dit-il.

Il ajoute franchement: «La vérité est qu’il n’y a pas beaucoup de diversité dans l’industrie de la mode ici. Parfois, je ne perds même pas mon temps à aller aux castings parce que je suis toujours certain qu'ils ne me prendront pas. " Malheureusement, il ne s'attend pas à voir bientôt un changement dans cette perception, car en fin de compte, «les Russes aiment voir des choses qui leur ressemblent».

Malgré ces perspectives, Athian dit qu'il continuera à être un modèle pour le moment, car cela aide à financer une partie de ses frais de scolarité. «Je ne suis pas sûr de pouvoir bénéficier d'une rémunération fiable grâce à la modélisation à l'avenir, alors je préfère l'ingénierie», dit-il. «Je ne gagne pas assez d’argent ici. De plus, mes parents savent que je suis ici pour [mes] études.

Si «le mannequinat est un travail prestigieux dans des endroits comme New York ou Paris, ne vous attendez pas à ce qu’un mannequin noir en fasse assez ici en Russie», dit-il. «Si Dieu [veut] m'aider à terminer avec succès mon [diplôme] d'ingénieur, cela me suffira.»

dimanche 1 novembre 2020

Nov...nov...novembre hourra !

Confinement pour un mois...parait que ça se bouscule aux portes des salles de réa...des médecins se jettent sous les projecteurs pour mouvoir la  fente qu'ils ont sous le nez...on s'aperçoit que le nouveau 1er ministre n'imprime pas, que son accent du sud ne cache pas sa...fadeur....partout des trucs sur les élections aux States, j'ai entendu un reporteux dire "une femme dans l'Indiana pense que "....une femme dans l'Indiana qu'est-ce ???....50 états et une femme dans l'Indiana pense que ...je me suis tapée des articles sur les Qanon et euh laissez moi tranquille ! au secours !
quelque jours auparavant, le radar me fait tomber sur la diffusion dans le JT de 20 h de la Une, que je ne regarde pas, mais le radar ne serait  pas tout à fait le radar si...un noir, moustachu, une moustache qui n'allait pas avec sa tête, est sur un cheval, on nous dit qu'il veut restaurer la tradition des cow-boys noirs...
moi :  ah oui ?
sur son cheval il nous fait une démo....de...de...à droite, à gauche...on nous dit qu'il est diplômé en neuroscience, lui nous dit qu'il a travaillé 7 jours sur 7 et que c'est la clé du succès...entre les deux candidats, il n'a pas encore fait son choix, il  se tâte encore...car les cow-boys sont plutôt trumpistes...
moi : euh ! au secours !...il y en a un qui une batterie de casserole au fion et tu es noir...
les arabes : un pakistanais, un tchétchène, un réunnionais : euh c'est pas nous !
un tunisien : ben euh !

En Russie

j'apprends qu'il y a une Fashion weeks Lisbonne...et Moscou...en essayant d'en savoir plus, c'est-à-dire,  le sort des mannequins noires, car ce ne sont pas des pays black friendly...je tombe sur :

Racisme en Russie: histoires de préjugés
On estime qu'il y a des dizaines de milliers de personnes de couleur vivant en Russie - y compris des personnes nées en Russie avec un héritage mixte et des personnes de pays d'Afrique et des Caraïbes qui travaillent ou étudient en Russie.
Voici quelques-unes de leurs histoires.

Roy Ibonga, étudiant en économie, 21 ans
Récemment, une vidéo d'un chauffeur de taxi refusant de prendre un homme noir dans son taxi a fait des vagues sur Internet en Russie.
La personne laissée debout sur le trottoir était Roy Ibonga, 21 ans, un Congolais étudiant l'économie à l'Université d'État de Bryansk.
Dans sa vidéo, publiée sur les réseaux sociaux, le conducteur peut être entendu dire "Si je n'aime pas une personne, je ne la conduirai pas. C'est ma voiture". Quand Roy lui demande carrément "Êtes-vous raciste?" le chauffeur répond: "Oui, bien sûr."
Plus tard, la compagnie de taxi Yandex, l'équivalent russe d'Uber, s'est excusée auprès de Roy.
.................
Roy vit à Briansk, une ville située à 380 km au sud de Moscou, où il n'est pas le seul étudiant africain, mais tous, dit-il, subissent un traitement raciste similaire.
"Cet incident avec le taxi - ça arrive souvent. J'ai juste décidé de le filmer cette fois pour montrer aux gens. C'est la même chose à chaque fois. Cela arrive aussi à mes amis, mais ils ne peuvent pas en parler parce qu'ils  parle pas russe.

"Une fois l'an dernier, ils ne m'ont pas laissé entrer dans un café. L'agent de sécurité m'a dit:" Vous ne pouvez pas entrer parce que la dernière fois que des Africains sont entrés, il y a eu une bagarre ". Qu'est-ce que cela a à voir avec moi? J'ai demandé. Mais il ne m'a pas laissé entrer. J'ai même appelé le directeur, mais ils m'ont juste dit que je n'étais pas autorisé à entrer.

"Peut-être que c'est parce que nous ne sommes pas nombreux et que nous ne sommes pas ici depuis longtemps, donc les gens ne sont tout simplement pas habitués à nous. Il y a une grande différence entre Bryansk et Moscou. Moscou est comme un pays différent. Je n'ai jamais ressenti de discrimination. Là."
Il a dit qu'il n'avait "jamais vu la police battre un Noir en Russie" et "je n'ai jamais rien eu à voir avec la police ici".

"Si les gens sont racistes envers moi, je m'en vais. Il ne sert à rien d'être agressif. Les gens ne comprendront pas de toute façon et ils ne changeront pas. J'essaie de l'ignorer. Cela vous rend juste stressé. Vous commencez à penser, ' Pourquoi suis-je né noir ?

«Je suis né au Congo et j'ai vécu toute ma vie là-bas. Je n'ai rencontré le racisme que lorsque je suis arrivé en Russie en 2017. Je trouve cela très blessant. Vous sortez et tout le monde vous regarde comme si vous n'étiez pas humain. C'est vraiment offensant. . "
.....................................................................................................................
......................................................................................................................
Isabel Kastilio, responsable marketing, 27 ans
"Je vis à Moscou, mais je suis allé à l'université à Saint-Pétersbourg et je suis né à Yuzhno-Sakhalinsk [dans l'Extrême-Orient russe]."
Isabel dit qu'elle a été traitée avec méchanceté par d'autres enfants à l'école et a été rappelé chaque jour que sa couleur de peau était différente.
«C'était très difficile à supporter tous les jours, même si j'allais dans l'une des meilleures écoles de la ville, spécialisée en mathématiques et en physique. Je ne pouvais pas me défendre là-bas. Je n'en ai pas parlé à mes parents . Mon grand frère m'a protégé à l'école. Parfois, il devait se battre pour moi. "
Isabel rêvait de déménager de Yuzhno-Sakhalinsk à un endroit où elle pourrait marcher dans la rue sans que les gens la regardent. Elle et son père dominicain étaient régulièrement regardés.
"Quand j'ai déménagé à Saint-Pétersbourg, tout allait tellement mieux, j'ai commencé à oublier que j'avais l'air différent. Mais plus tard, quand j'ai commencé à travailler et que j'ai eu besoin de louer un appartement, j'ai ressenti à nouveau le racisme."
C'était particulièrement mauvais à Moscou, dit Isabel. Toutes les annonces de location disaient "Slaves uniquement".
«Lorsque les propriétaires ont entendu mon nom au téléphone, même si j'avais un permis pour vivre à Moscou, ils ne croyaient pas que je pouvais payer le loyer. J'ai dû prendre des dispositions pour les rencontrer en personne, afin qu'ils puissent voir que j'étais un personne avec un travail normal et ne transformerait pas son appartement en un repaire de drogue.

«Chaque fois que je rencontre de nouvelles personnes, dès qu'elles se détendent, les blagues commencent. Soit je les ignore, soit je me joins aux plaisanteries, si je peux voir que ce ne sont que des taquineries. Si vous vous mettez en colère à chaque fois, cela vous rendra nerveux. "
La mère d'Isabel est originaire de l'île de Sakhaline et son père de la République dominicaine. Ils se sont rencontrés dans les années 80, étudiant à Kiev, la capitale de l'Ukraine soviétique de l'époque.
Le père d'Isabel est venu en Union soviétique dans le cadre d'un programme d'échange d'étudiants. Isabel dit que lorsque ses parents se sont mariés, alors qu'ils étudiaient encore, la réaction de l'université a été négative. Sa mère a été harcelée et qualifiée d '«ennemie du peuple».
«À l'université, ils ont commencé à lui donner de mauvaises notes, même si elle avait toujours été la meilleure de la classe. Le lendemain de la naissance de mon frère, elle a passé un examen. L'université a refusé de la laisser reporter. Elle n'a pas été autorisée à la défendre. Elle a toujours obtenu les meilleures notes, mais elles ne lui donneraient rien de plus qu'un diplôme de troisième classe.

"De nos jours, les gens qui sont éduqués et voyagent savent que le monde est plein de variété, mais la plupart des gens ici ne le font pas et ils ne sont pas intéressés. Le racisme se manifeste en Russie dans les attitudes envers les personnes des anciennes républiques soviétiques. Ils sont les ceux qui ont besoin de protester, mais ils en ont peur parce que beaucoup d'entre eux sont ici illégalement. 
.....................................................................................................................................
.....................................................................................................................................
Maxim Nikolsky, journaliste, 24 ans
«J'ai vécu un racisme occasionnel à Moscou. Parfois, les gens ont l'air suspicieux ou avec désapprobation et se déplacent vers un autre siège si vous vous asseyez à côté d'eux dans le métro. Mais je n'ai remarqué aucune haine raciale sérieuse. Pas en tant qu'adulte.

«J'ai été confronté au racisme à l'école primaire et au collège. Je pense que cela m'a marqué. J'habitais à la périphérie de Moscou. Ce ne sont pas seulement les enfants, mais leurs parents qui les élevaient pour être racistes.
«Quand ma mère est venue à une soirée des parents et s'est plainte que les autres enfants m'offensaient, ils lui ont dit:" C'est de ta faute de lui avoir donné naissance ". Plus tard, je suis allé dans une meilleure école. Les enfants et surtout les parents là-bas étaient beaucoup plus conscients et ouverts d'esprit.
«Cela m'a vraiment bouleversé quand j'étais enfant et souvent je ne voulais pas aller à l'école. Maintenant, ça ne me dérange pas tellement, mais il y a encore des moments.
«Une fois, à la faculté de journalisme de l'université, j'ai ouvert la porte à une fille et quelqu'un derrière moi a dit: 'Oh! La faculté de journalisme a un portier noir!' Des choses comme ça me mettent en colère mais généralement beaucoup moins qu'avant, j'ai appris à avoir une attitude positive envers moi-même et je pense que mon apparence est un avantage.
"C'est le racisme occasionnel qui est un problème en Russie et il vient de l'ignorance. Je ne pense pas que nous ayons le racisme institutionnalisé de l'Occident."
................................................................................................................................
................................................................................................................................
Kamilla Ogun, basketteuse, 21 ans
"J'ai suivi les manifestations aux Etats-Unis depuis le début. Je suis choqué par la brutalité contre les gens de couleur là-bas. Le racisme est un problème en Russie aussi, mais ici tout est étouffé."

Kamilla est d'origine russe et nigériane. Elle a grandi à Stary Oskol, une ville à 600 km au sud de Moscou. Il n'y avait pas beaucoup d'autres personnes de couleur autour.
"On pouvait compter le nombre de Noirs là-bas sur les doigts d'une main. J'ai eu de la chance parce que ma classe était assez tolérante et nous nous connaissions tous depuis la maternelle. Mais les enfants des autres classes m'ont appelé par des noms. C'était certainement raciste. et ils m'ont insulté. "

"Je suis venu à Moscou pour jouer pour l'équipe quand j'avais 12 ans et le racisme n'était pas si grave là-bas. Je reçois toujours des questions impolies comme:" Alors, tu viens d'Afrique, ou quelque chose comme ça? " Certaines personnes ne réalisent pas que ces commentaires sont offensants. Je leur donne généralement une réponse sarcastique ou je les ignore.

"Les clubs de basket-ball sont déjà habitués à avoir des filles noires dans leurs équipes, donc il y a moins de racisme. Mais quand vous jouez pour une équipe russe, il y a toujours des commentaires sur les pages des réseaux sociaux: est-elle vraiment russe? Y a-t-il eu une confusion "Les gens pensent que c'est drôle quand une fille noire joue pour la Russie."
"Cela m'a tellement bouleversé quand j'étais enfant, je prenais cela tellement à cœur. Mais maintenant je haussent les épaules. Pourquoi m'appellent-ils des noms? La réponse est simple: ce n'est pas moi qui ai tort, ce sont les gens autour de moi . "
......................................................................................
......................................................................................
Alena El-Hussein, linguiste, 25 ans
Alena El-Hussein est d'origine russe et soudanaise, née à Moscou. Tout au long de sa vie, elle a senti qu'elle avait l'air différente.
"Ce n'est pas toujours offensant. Cela dépend de la situation. Très rarement, j'ai été appelé chernaya -" un noir "- mais c'était toujours par une personne très ignorante. Il y a eu des affrontements, mais plus souvent sur ma personnalité que la couleur de ma peau. Il y a certainement eu des moments où les gens m'ont appelé "chocolat" et d'autres choses comme ça. "

Alena pense que le problème du racisme en Russie est différent de celui des États-Unis.
«Les hommes et les femmes russes s'identifient aux colonisateurs européens blancs. L'ignorance de l'histoire les induit en erreur dans une illusion de supériorité.
«Le racisme ici n'est pas tant contre les Noirs que contre les gens des anciennes républiques soviétiques.
"Les gens d'Asie centrale sont la cible d'un racisme grave. Il est intéressant qu'il n'y ait pas de protestations contre cela. Peut-être que la société russe ne s'est pas encore réveillée."

lundi 26 octobre 2020

Yip !

 

Octobre sur sa fin

mmmh ! retour d'un bouton de fièvre sur le coin droit de la lèvre supérieur...yaouh ! il est compact, énorme, me fait douloureusement savoir qu'il est là...ça nous fait 3 boutons en un mois...
la seconde vague est là, nous dit-on, yeah !...pas de nouvelle de la Chine, il semblerait que l'intérêt pour le pangolin soit retombé et cette histoire de fuite du virus d'un labo...
euh à la pharmacie : 9 masques : 10 euros...sur le marché 50 masques : 4 euros...fabriqués en Asie...je me suis tournée vers le masque en tissu...
j'ai mobilisé des neurones pour comprendre quelque chose à ce qui se passe au Nigéria, mais mon intérêt n'est pas...là...
une manif qui a fait 12 morts...au départ, des flics ont tué un type et il y a une vidéo qui a fini sur le net...les langues se délient : au Nigéria, la police, tuent, rackettent, est sans foi ni loi...le  gouvernement veut renvoyer les responsables mais sont débordés par les manif, envoient des brigades anti émeutes, qui tapent et tuent aussi....on me dit que Beyoncé, Rihanna, Biden, l'ONU, d'autres pays africains ont dénoncé ces...violents...excès....cough ! cough ! cough !...au sseeecccooouuurrrss !
je lis un article : 

"Horreur" et "choc" sont les deux mots qui résument le sentiment des Nigérians après avoir appris que des manifestants ont été abattus par des hommes en tenue militaire à Lagos alors qu'ils manifestaient contre la brutalité policière. Beaucoup de ces manifestants sont drapés des couleurs verte et blanche du drapeau national.

"Nous étions assis par terre et chantions l'hymne national du Nigéria et la plupart d'entre nous avions des drapeaux dans nos mains et nous l'avons soulevé", déclare à la BBC un témoin qui a requis l'anonymat.
"Puis ils ont ouvert le feu directement sur nous et ils ont continué à avancer et à avancer. Une ou deux personnes ont été touchées. Tout le monde s'est levé et c'était devenu le chaos total", a-t-il dit.
Les troubles ont commencé au crépuscule, deux heures après l'entrée en vigueur d'un couvre-feu à Lagos.
Le couvre-feu avait été imposé mardi pour endiguer des manifestations qui dans un premier temps dénonçaient une unité de police : la Special Anti-Robbery Squad (SARS), avant de se transformer en appels plus large pour une meilleure gouvernance.
Les manifestants, rassemblés pendant les deux dernières semaines au péage de Lekki pour empêcher la circulation de voitures sur une autoroute principale, ont déclaré qu'ils ne voulaient pas rentrer chez eux et qu'ils sont pacifiques.

Soudain, des hommes en treillis de l'armée ont commencé à tirer. Des séquences vidéo montrent qu'il y avait de l'obscurité ce qui signifie que les lampadaires ont été coupés.
Quelques jours auparavant, un message s'était répandu sur les réseaux sociaux selon lequel les militaires ne s'en prendront pas à des civils non armés chantant l'hymne national et tenant le drapeau. Alors que le peloton d'une vingtaine d'hommes armés s'est rapproché, les manifestants se sont assis, se sont serrés les mains et ont commencé à chanter à l'unisson.
C'est à ce moment-là que le tournage de la vidéo a commencé. Une vidéo émouvante: la voix d'un homme, chantant l'hymne, s'est élevée au-dessus du chaos, puis a commencé à trembler à mesure que les fusillades augmentaient.
................
L'armée nigériane, qui avait lancé vendredi dernier un avertissement aux «éléments subversifs et fauteurs de troubles» de ne pas protester, a rejeté les informations selon lesquelles elle était responsable de l'horreur de mardi et parle «fausses nouvelles».

Des images vidéo de la scène montrent que les personnes qui ont tirées portaient des uniformes militaire, que seule l'armée est autorisée à porter.
.......................
je suis de loin, de très loin, cette histoire d'islamo- gauchiste qui serait responsable de la décapitation du prof...par le jeune tchétchène....les mômes qui lui ont désigné le prof contre de l'argent risquent la taule...
je me suis penchée sur l'épisode où P.Bruckner(qui n'est pas juif) accuse Rokhaya Diallo d'être responsable de tous ces morts  :

-Votre statut de femme musulmane et noire vous rend privilégiée. Ça vous permet de dire un certain nombre de choses...Je pense notamment à ce que vous avez dit sur Charlie Hebdo et qui a entraîné, avec d’autres, la mort des douze de Charlie Hebdo.
-Ce que j’ai dit a entraîné la mort de quelqu’un?  C’est scandaleux, c’est totalement irrespectueux ce que vous dites
-Vous avez, avec d’autres, poussé à la haine contre Charlie Hebdo et à armer le bras des tueurs. Assumez la responsabilité de vos actes”
-Vos propos sont scandaleux et indignes de la personne que vous prétendez être, rétorque son interlocutrice. J’ai usé de ma liberté d’expression.Je n’ai absolument aucune responsabilité dans aucun attentat terroriste. Mes paroles relèvent de ma liberté d’expression. Donc si vous ne l’admettez pas, changez de pays, vivez en dictature
sur Inter, Bruckner nous dit : “J’ai simplement rappelé à Rokhaya Diallo ses engagements au sein de l’islam politique et combien elle critiquait Charlie Hebdo en les traitant d’islamophobes et de racistes"
moi : euh  ! err ! au...secours !
le maire est noir, mais....