samedi 18 mai 2013

Le sosie de Naomi

les photos de la semaine qui ont fait ma semaine, sont celles-ci, le mec de Naomi avec une version plus jeune mais sans poitrine...ben effectivement il y a de l'argument...il y avaient les rumeurs de rupture, dont je me fous...non ce qui m'intéresse dans cette relation Naomi et Wlad, c'est qu'il  soit russe et qu'elle  ai un appart en Russie... où là l'air est très très très  frais pour les noirs...en tout cas Wlad a l'air d'envoyer un message à Naomi dans le genre : tout le monde est remplaçable et n'oublie pas que je suis billionaire...
 
On nous dit que c'est le mannequin Georgie Badiel, qui est africaine....voir épisodes précédents...j'crois pas que ce soit elle....c'est même sûr....
                                      
                               euh...err...et elle n'a pas de poitrine....bon n'oublions pas : 
 
                                    faut arrêter la muscu, l'inconnue en bleu gagne par K.O

samedi 11 mai 2013

M.Angelou

Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage 

p.12 :....pourtant en regardant Momma orner l'ourlet de ruchés et la taille de ravissantes fronces, j'en avais été certaine : dès que j'aurais mis cette robe(...), je resemblerais à une vedette de cinéma. Je ressemblerais à une de ces exquises petites filles blanches, symboles universels de ce que le monde avait d'idéal...et quand les gens me verraient dedans, ils se précipiteraient sur moi en s'écriant : "Marguerite, pardonne-nous, s'il te plaît, nous ne savions pas qui tu étais !" et je répliquerais, magnanime : "non, vous ne pouviez pas le savoir . Mais oui, bien entendu, je vous pardonne."
....
Quelle surprise pour eux quand un jour, je me réveillerais de mon vilain rêve noir et que ma véritable chevelure, longue et blonde, remplacerait cette masse crépus que Momma refusait de me laisser défriser ! Mon regard bleu et pâle les hypnotiserait. Quand on pensait à tout ce qu'ils avaient dit sur mon "papa qui devait être chinetoque" (je croyais que cela signifiait porcelaine de Chine) parce que mes yeux étaient petits et un rien bigles. Ils comprendraient alors pourquoi je n'ai jamais eu l'accent du sud, ni utilisé leur patois, et pourquoi aussi je devais me forcer pour manger du museau et de la queue de porc. Pour la bonne raison qu'en réalité j'étais blanche et qu'une cruelle fée Carabosse, bien naturellement jalouse de ma beauté, m'avait changée en un échalas de négresse avec des cheveux noirs crépus, des pieds plats et entre les dents, un espace où on aurait pu glisser un crayon.


mercredi 8 mai 2013

Taubira...en singe...encore


il est "mignonne"...le choix de cet animal est un pur...hasard...
sa défense sur twitter: "Vous faites la vierge effarouchée parce que ça vous arrange, idéologiquement. Les menaces de mort contre Frigide Barjot ne vous ont pas émus..."
D'autres militants contre le mariage pour tous sont sur la même longueur d'ondes: "Je ne trouve en aucun cas cette affiche raciste, VOUS faites remarquer que cette dame est noire"
bon il l'a retiré son affiche...
ma contribution, souvenons-nous lorsque Mario Baloteli a marqué ses 2 buts, dans un journal italien il y avait ça :
                          Michelle Obama en 2009, google s'était fait taper sur les doigts

dans Rebecca de Du Maurier(1938)
p.267 : sois poli, dis-je, je sais que j’ai des cheveux raides mais pas à ce point tout de même Je vais te dire Frrank et toi vous n’en reviendrez pas d’étonnement en me voyant et vous ne me reconnaîtrez pas
Du moment que tu ne te noirciras pas le visage et que tu ne déguiseras pas en singe, je m’en lave les mains, dit Maxim
 Ça se passe dans le  bus, un matin de juillet et l’équipe de France la veille avait joué et perdu…je suis au fond, 2ème rangée…un homme rentre sans valider de titre de transport, il est  vieux, arabe et sans introduction tout en s’asseyant dit tout haut :" c’était quoi ce match, il n’y  a que des singes dans l’équipe, ils ressemblent à des singes et jouent n’importe comment, etc"…il cherche du regard les passagers pour un relais, mais ça ne prend pas, tout le monde baisse le regard; le vieil arabe, voit un enfant noir  assis juste derrière le chauffeur et remet un petit coup sur la présence de singe dans l’équipe, il est assis à la place individuelle proche de la porte d’entrée, le gosse 8, 10 ans ne répond rien se lève et va s’asseoir plus loin, n’avait pas l’air agacé mais ne voulait pas débattre avec le vieux….
Quant à moi, ça m’est arrivé, il y a longtemps, un mercredi, nous sortions de la fac et remontions l’avenue d’Ivry vers la biblio de Tolbiac….j’étais avec  une camarade, nous étions au niveau  du ED l’épicier quand surgissant du magasin un gars, joufflu, jeune, portant la  blouse rouge du magasin se met devant moi et imite un singe : « hou ! hou ! en sautant sur place, ça dure, 4 secondes, je le regarde et ne dis rien, il s’arrête prend un carton et rentre dans le magasin…je me souviens que nous n’avons pas commenter ma camarade(blanche) et moi ce petit moment et parlions de tout autre chose ….le fait qu’il soit gros, laid, une belle tête de looser....
et règle n°1 : ne jamais leur donner satisfaction…je n’avais jamais vu cette personne, ni n’étais entrée dans ce magasin là….mais je lui inspirais l’envie d’imiter un singe à ce moment là, parce que….

mardi 7 mai 2013

Che Guevarra était-il raciste ?

en voilà une bonne question...que je ne me posais pas...
déjà que Luther King était un queutard sur lequel Hoover avait une armoire normande d'écoutes de frasques sexuelles, que Ghandi ne pouvait s'endormir sans être entouré de filles pré pubères  et accessoirement a tenu des propos euh douteux sur les noirs sud-africains, que l'antisémitisme d'Agatha Christie est passé sous silence, que Winnie Mandela a des problèmes avec l'honnêteté ....alors le racisme du Che...err...errr....
le personnage ne m'ayant jamais intéressé au point de lire une bio, j'en ai une connaissance superficielle, même pas de curiosité envers sa page wikipedia... et me souviens de ma fuite quand on m'avait proposé d'aller voir ce film biopic avec Benicio Del Toro....un truc en 2 parties...4 heures en tout...no way...
oui et alors ?....
la question est sur le tapis parce que gentille conne de Beyonce("je ne savais qu'au temps de mon père les noirs subissaient ça "....pour l'avoir écouté en interview, quand elle parle il y a un appel d'air et on attrape froid), et son mec sont allés faire un petit séjour là-bas,  à Cuba et ont été accueilli très chaleureusement voire en superstar et pour l'occasion elle portait un masque de nattes, sa négritude en bandoulière....et elle ne voit pas ce qui va mal,  n'a vu que des gens heureux dans ce....beau...pays...on lui a rappelé qu'entre les States et Cuba, les rapports sont plutôt froid et qu'elle avait embarrassé son pote Obama...
bon sur ce un sénateur républicain hispanique de dire que...le Che était raciste et a dit de vilaines choses sur les noirs....et que Jay Z a tort de porter ce tee-shirt
One of his heroes is Che Guevara. Che Guevara was a racist that wrote extensively about the superiority of white Europeans over people of African descent, so he should inform himself on the guy that he’s propping up." .
Un de ses héros est Che Guevara. Che Guevara était un raciste qui a beaucoup écrit sur la supériorité des Européens blancs sur les personnes d'ascendance africaine, donc il devrait se renseigner sur le type
Marco Rubio :  http://www.youtube.com/watch?v=TXQ7TUR7xt0

Bon, alors qu'à dit le Che
p.161 : "The blacks, those magnificent examples of the African race who have maintained their racial purity thanks to their lack of an affinity with bathing, have seen their territory invaded by a new kind of slave: the Portuguese."
= "Les Noirs, ces magnifiques exemples de la race africaine qui ont conservé leur pureté raciale grâce à leur manque d'affinité avec la baignade, ont vu leur territoire envahi par une nouvelle sorte d'esclave: le portugais."

"The black is indolent and a dreamer; spending his meager wage on frivolity or drink; the European has a tradition of work and saving, which has pursued him as far as this corner of America and drives him to advance himself, even independently of his own individual aspirations." 
= Le noir est indolent et rêveur; dépense son maigre salaire en frivolité ou boisson; l'Europe a une tradition de travail et d'épargne, ce qui lui a persévéré aussi loin que ce coin d'Amérique et le pousse à se pousser, même indépendamment de ses propres aspirations individuelles .

p.150 : "The episode upset us a little because the poor man, apart from being homosexual and a first-rate bore, had been very nice to us, giving us 10 soles each, bringing our total to 479 for me and 163 1/2 to Alberto."
= "L'épisode nous a bouleversé un peu parce que le pauvre homme, en plus d'être homosexuel et un connard de premier ordre, avait été très gentil avec nous, nous donnant 10 soles chacun, portant le total à 479 pour moi et 163 1/2 à Alberto"

p.139 : "The first person we hit on was the mayor, someone called Cohen; we had heard a lot about him, that he was Jewish as far as money was concerned but a good sort." 
= La première personne sur laquelle nous tombons était le maire, quelqu'un appelé Cohen; nous avions beaucoup entendu parler de lui, qu'il était juif autant que l'argent était concerné, mais une bonne sorte. "

<<<<<  il y en a pour les noirs, les juifs et les pèdes...bon ben tout le monde est servi...sur les noirs son excuse est qu'il avait 24 ans quand il l'a écrit et c'était dans son journal....intime...donc...ça compte pas...
http://femme-noire-et-negritude.blogspot.fr/2012/08/essai-sur-linegalite-des-races-de.html

dans un discours sur  la situation des noirs ricains:
"Those who kill their own children and discriminate daily against them because of the color of their skin; those who let the murderers of blacks remain free, protecting them, and furthermore punishing the black population because they demand their legitimate rights as free men — how can those who do this consider themselves guardians of freedom?"
= Ceux qui tuent leurs propres enfants et discriminent tous les jours contre eux en raison de la couleur de leur peau; ceux qui laissent les assassins de Noirs libres, en les protégeant, et en outre  punissent la population noire, car ils exigent des droits légitimes d' hommes libres - comment ceux qui le font peuvent ils se considérer comme les gardiens de la liberté "
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=wdo6FwAPyng

<<<<Bon euh! je m'en foutais avant, je m'en fous après,...parce que petit bras à côté de ...Charles Trenet et ses propos dans Dim Dam Dom, en 1971....

"Non, la nature n'a pas voulu que les gens soient égaux. Les Noirs, ils sont gentils. Les Noirs, je les aime bien, mais ils sont quand même un peu enfants. Ce sont des enfants, il faut les aimer comme des enfants. Or on les traite comme des grandes personnes : il faut d'abord les éduquer. Il n'y a pas de civilisation noire : s'il y en avait une, on la connaîtrait ! Il y a des artistes noirs, mais il y a peu de choses que, jusqu'à présent, les Noirs ont faites. Les Noirs n'ont pas construit Notre-Dame de Paris, n'ont pas construit les Pyramides, n'ont pas construit la tour Eiffel..."
je me souviens de la séquence, parce que rediffusée et qu'il y avait eu plainte et manif'....il est debout avec une tour Eiffel,(que les noirs n'ont pas construit,) en fond...doc introuvable dans les archives de l'Ina....Trénet n'aimait pas les femmes... une vraie folle...comment est-il passé entre les mailles du filet ?....oh ! merci  à lui de nous aimer....comment la vidéo a t-elle fait pour disparaître de la circulation....                                              

**********Comme partout où il y a des noirs et des blancs, il y a du colorism, du racisme....et bien sûr c'est chaud pour les afro-cubains....qui sont des citoyens de seconde zone....est-ce étonnant ?....non...dans les épisodes précédent on avait vu que c'était chaud aussi pour les afro-péruviens
http://femme-noire-et-negritude.blogspot.fr/2012/12/afro-peruviens-cest-bien-du-malheur.html
....témoignage d'un afro cubain....quand ça veut pas, ça veut pas....

For Blacks in Cuba, the Revolution Hasn’t Begun

CHANGE est la dernière nouvelle en date de Cuba, mais pour les Afro-Cubains comme moi, c'est plus un rêve qu'une réalité. Au cours de la dernière décennie, des dizaines d'interdictions ridicules ont été supprimées pour les Cubains vivant sur l'île, parmi lesquels dormir dans un hôtel, acheter un téléphone portable, vendre une maison ou une voiture et voyager à l'étranger. Ces gestes ont été célébrés comme des signes d'ouverture et de réforme, bien qu'ils ne soient rien de plus que des efforts pour rendre la vie plus normale. Et la réalité est qu'à Cuba, votre expérience de ces changements dépend de la couleur de votre peau.
 
CHANGE is the latest news to come out of Cuba, though for Afro-Cubans like myself, this is more dream than reality. Over the last decade, scores of ridiculous prohibitions for Cubans living on the island have been eliminated, among them sleeping at a hotel, buying a cellphone, selling a house or car and traveling abroad. These gestures have been celebrated as signs of openness and reform, though they are really nothing more than efforts to make life more normal. And the reality is that in Cuba, your experience of these changes depends on your skin color.
..........
The private sector in Cuba now enjoys a certain degree of economic liberation, but blacks are not well positioned to take advantage of it. We inherited more than three centuries of slavery during the Spanish colonial era. Racial exclusion continued after Cuba became independent in 1902, and a half century of revolution since 1959 has been unable to overcome it.
In the early 1990s, after the cold war ended, Fidel Castro embarked on economic reforms that his brother and successor, Raúl, continues to pursue. Cuba had lost its greatest benefactor, the Soviet Union, and plunged into a deep recession that came to be known as the "Special Period." There were frequent blackouts. Public transportation hardly functioned. Food was scarce. To stem unrest, the government ordered the economy split into two sectors: one for private businesses and foreign-oriented enterprises, which were essentially permitted to trade in United States dollars, and the other, the continuation of the old socialist order, built on government jobs that pay an average of $20 a month.

Le secteur privé à Cuba jouit désormais d'un certain degré de libération économique, mais les Noirs ne sont pas bien placés pour en profiter. Nous avons hérité de plus de trois siècles d'esclavage à l'époque coloniale espagnole. L'exclusion raciale s'est poursuivie après l'indépendance de Cuba en 1902 et un demi-siècle de révolution depuis 1959 n'a pas réussi à la surmonter.
Au début des années 90, après la fin de la guerre froide, Fidel Castro s'est engagé dans des réformes économiques que son frère et successeur, Raúl, continue de poursuivre. Cuba avait perdu son plus grand bienfaiteur, l'Union soviétique, et plongé dans une profonde récession qui fut connue sous le nom de «période spéciale». Il y a eu des pannes fréquentes. Les transports publics fonctionnaient à peine. La nourriture était rare. Pour endiguer les troubles, le gouvernement a ordonné la scission de l'économie en deux secteurs: l'un pour les entreprises privées et les entreprises à vocation étrangère, qui étaient essentiellement autorisées à commercer en dollars des États-Unis, et l'autre, la continuation de l'ancien ordre socialiste, construit sur le gouvernement emplois qui paient en moyenne 20 $ par mois.
.........
It’s true that Cubans still have a strong safety net: most do not pay rent, and education and health care are free. But the economic divergence created two contrasting realities that persist today. The first is that of white Cubans, who have leveraged their resources to enter the new market-driven economy and reap the benefits of a supposedly more open socialism. The other reality is that of the black plurality, which witnessed the demise of the socialist utopia from the island’s least comfortable quarters.

Most remittances from abroad mainly the Miami area, the nerve center of the mostly white exile community go to white Cubans. They tend to live in more upscale houses, which can easily be converted into restaurants or bed-and-breakfasts the most common kind of private business in Cuba. Black Cubans have less property and money, and also have to contend with pervasive racism. Not long ago it was common for hotel managers, for example, to hire only white staff members, so as not to offend the supposed sensibilities of their European clientele.

Il est vrai que les Cubains ont toujours un solide filet de sécurité: la plupart ne paient pas de loyer et l’éducation et les soins de santé sont gratuits. Mais la divergence économique a créé deux réalités contrastées qui persistent aujourd'hui. Le premier est celui des Cubains blancs, qui ont tiré parti de leurs ressources pour entrer dans la nouvelle économie de marché et récolter les fruits d'un socialisme soi-disant plus ouvert. L’autre réalité est celle de la pluralité noire, qui a vu la fin de l’utopie socialiste des quartiers les moins confortables de l’île.

La plupart des envois de fonds de l'étranger - principalement la région de Miami, le centre névralgique de la communauté d'exilés majoritairement blancs - vont aux Cubains blancs. Ils ont tendance à vivre dans des maisons plus haut de gamme, qui peuvent facilement être converties en restaurants ou en chambres d'hôtes - le type d'entreprise privée le plus courant à Cuba. Les Cubains noirs ont moins de biens et d'argent et doivent également faire face à un racisme omniprésent. Il n'y a pas si longtemps, les gérants d'hôtels, par exemple, n'embauchaient que du personnel blanc, afin de ne pas heurter la sensibilité supposée de leur clientèle européenne.
.................
That type of blatant racism has become less socially acceptable, but blacks are still woefully underrepresented in tourism probably the economy’s most lucrative sector and are far less likely than whites to own their own businesses. Raul Castro has recognized the persistence of racism and has been successful in some areas (there are more black teachers and representatives in the National Assembly), but much remains to be done to address the structural inequality and racial prejudice that continue to exclude Afro-Cubans from the benefits of liberalization.
Racism in Cuba has been concealed and reinforced in part because it isn’t talked about. The government hasn’t allowed racial prejudice to be debated or confronted politically or culturally, often pretending instead as though it didn’t exist. Before 1990, black Cubans suffered a paralysis of economic mobility while, paradoxically, the government decreed the end of racism in speeches and publications. To question the extent of racial progress was tantamount to a counterrevolutionary act. This made it almost impossible to point out the obvious: racism is alive and well.

Ce type de racisme flagrant est devenu moins acceptable socialement, mais les Noirs sont encore cruellement sous-représentés dans le tourisme - probablement le secteur le plus lucratif de l’économie - et sont beaucoup moins susceptibles que les Blancs de posséder leur propre entreprise. Raul Castro a reconnu la persistance du racisme et a réussi dans certains domaines (il y a plus d'enseignants et de représentants noirs à l'Assemblée nationale), mais il reste beaucoup à faire pour lutter contre les inégalités structurelles et les préjugés raciaux qui continuent d'exclure les Afro-Cubains des avantages de la libéralisation.
Le racisme à Cuba a été dissimulé et renforcé en partie parce qu’il n’en est pas question. Le gouvernement n'a pas permis que les préjugés raciaux soient débattus ou confrontés politiquement ou culturellement, prétendant souvent à la place comme s'ils n'existaient pas. Avant 1990, les Cubains noirs subissaient une paralysie de la mobilité économique tandis que, paradoxalement, le gouvernement décrétait la fin du racisme dans les discours et les publications. Remettre en question l'étendue du progrès racial équivaut à un acte contre-révolutionnaire. Cela rendait presque impossible de souligner l'évidence: le racisme est bel et bien vivant.
....................
If the 1960s, the first decade after the revolution, signified opportunity for all, the decades that followed demonstrated that not everyone was able to have access to and benefit from those opportunities. It’s true that the 1980s produced a generation of black professionals, like doctors and teachers, but these gains were diminished in the 1990s as blacks were excluded from lucrative sectors like hospitality. Now in the 21st century, it has become all too apparent that the black population is underrepresented at universities and in spheres of economic and political power, and overrepresented in the underground economy, in the criminal sphere and in marginal neighborhoods.
Raúl Castro has announced that he will step down from the presidency in 2018. It is my hope that by then, the antiracist movement in Cuba will have grown, both legally and logistically, so that it might bring about solutions that have for so long been promised, and awaited, by black Cubans.

Si les années 1960, la première décennie après la révolution, représentaient une opportunité pour tous, les décennies qui ont suivi ont montré que tout le monde n'était pas en mesure d'accéder à ces opportunités et d'en bénéficier. Il est vrai que les années 80 ont produit une génération de professionnels noirs, comme les médecins et les enseignants, mais ces gains ont diminué dans les années 90, les Noirs étant exclus des secteurs lucratifs comme l'hôtellerie. Au XXIe siècle, il est devenu trop évident que la population noire est sous-représentée dans les universités et dans les sphères du pouvoir économique et politique, et surreprésentée dans l'économie souterraine, dans la sphère criminelle et dans les quartiers marginaux.
Raúl Castro a annoncé qu'il se retirerait de la présidence en 2018. J'espère que d'ici là, le mouvement antiraciste à Cuba se sera développé, à la fois juridiquement et logistiquement, afin qu'il puisse apporter des solutions qui ont été pendant si longtemps promis et attendu par les Cubains noirs.
.........
An important first step would be to finally get an accurate official count of Afro-Cubans. The black population in Cuba is far larger than the spurious numbers of the most recent censuses. The number of blacks on the street undermines, in the most obvious way, the numerical fraud that puts us at less than one-fifth of the population. Many people forget that in Cuba, a drop of white blood can if only on paper make a mestizo, or white person, out of someone who in social reality falls into neither of those categories. Here, the nuances governing skin color are a tragicomedy that hides longstanding racial conflicts.
The end of the Castros’ rule will mean an end to an era in Cuban politics. It is unrealistic to hope for a black president, given the insufficient racial consciousness on the island. But by the time Raúl Castro leaves office, Cuba will be a very different place. We can only hope that women, blacks and young people will be able to help guide the nation toward greater equality of opportunity and the achievement of full citizenship for Cubans of all colors.

Une première étape importante serait d'obtenir enfin un décompte officiel précis des Afro-Cubains. La population noire de Cuba est bien plus importante que les faux chiffres des recensements les plus récents. Le nombre de Noirs dans la rue sape, de la manière la plus évidente, la fraude numérique qui nous met à moins d'un cinquième de la population. Beaucoup de gens oublient qu'à Cuba, une goutte de sang blanc peut - ne serait-ce que sur du papier - faire un métis, ou un blanc, de quelqu'un qui, dans la réalité sociale, ne tombe dans aucune de ces catégories. Ici, les nuances qui régissent la couleur de la peau sont une tragicomédie qui cache des conflits raciaux de longue date.
La fin du règne de Castros signifiera la fin d’une époque de la politique cubaine. Il n'est pas réaliste d'espérer un président noir, étant donné la conscience raciale insuffisante sur l'île. Mais au moment où Raúl Castro quittera ses fonctions, Cuba sera un endroit très différent. Nous ne pouvons qu'espérer que les femmes, les Noirs et les jeunes pourront aider à guider la nation vers une plus grande égalité des chances et la réalisation de la pleine citoyenneté pour les Cubains de toutes les couleurs.
http://www.nytimes.com/2013/03/24/opinion/sunday/for-blacks-in-cuba-the-revolution-hasnt-begun.html?_r=0

Héros du jour : Charles Ramsey

il est même en trending topic sur twitter :
et il a fait quoi ?...il est allé aider les 3 malheureuses séquestrées depuis 10 ans par les frères Castro(Ariel Castro, 52, Pedro Castro, 54, and Oneil Castro, 50)....à Clevland...ouais et ?....c'est son interview qui fait rire et surtout 3 petites phrases :
“He’s got some big testicles to pull this off.”
“I barbecued with this dude, we eat ribs and what not, listen to salsa music.”
Bro, I knew something was wrong when a little pretty white girl ran into a black man’s arms. Something is wrong here. Dead giveaway.”
“She homeless or she got problems. Only reason she runnin’ to a black man.”

"il se passe quelque chose de grave quand une fille blanche mignonne court dans les bras d'un homme noir"
video : http://www.youtube.com/watch?v=FWOmYH0GjqA&feature=youtu.be
Aux States, il apparaît comme un type sympa et courageux, dans les infos françaises, un pauvre con édenté...qu'il est bon de comprendre l'anglais...

lundi 6 mai 2013

Adam Afriyie

Qui ça ?...un député de droite...anglais...métis, mère anglaise, père ghanéen, il est né au Ghana, parent séparé, éducation en Angleterre dans les années 60....et alors ?...et alors rien...il ne m'intéresse pas...en fait j'avais lu un article en janvier dernier le présentant comme un remplaçant possible de Cameron(ah!ah!ah!ah!ah!ah!ah) mais je n'avais pas retenu son nom.....mais l'ai retrouvé au hasard d'un autre article et sa fiche wikipédia : http://en.wikipedia.org/wiki/Adam_Afriyie
il  est député, est dans les affaires et a du pognon...
                                  
a quelques positions euh !...sur l'immigration du genre : il y en a trop...bon ben s'il est de droite...et non ce n'est pas "le nouveau Obama"......il est même contre le mariage des pèdes...
ce qui avait retenu mon attention c'est sa femme, sa nouvelle femme depuis 2004, une blonde, celle d'avant était blonde aussi....
                                                      chacun fait ce qu'il veut...mais ça se voit...
                            

dimanche 5 mai 2013

Vanilla Chamu

qui ça ?...une chanteuse pop...japonaise...et ?...et bien mademoiselle a dépensé de l'argent, beaucoup d'argent pour ressembler...à une poupée européenne....et on se demande pourquoi ils  ne disent pas directement à une européenne...
et bien le résultat est pas mal, c'est pas mal fait....Michael Jackson ne s'est pas adressé à la bonne personne...on le sait, la blonde aux yeux est l'idéal de beauté partout donc...et le message a bien été reçu en Asie...beaucoup de demande de nez européen, débrider les yeux et allongement des jambes...ouaip....plus ils tuent les rhinocéros et les baleines pour améliorer leur performance sexuelle...
double ouaip !
j'en ai rien à fiche, elle fait ce qu'elle veut, c'est elle qui souffre, stratégie de survie...c'est son pognon...elle s'est refait les nichons aussi...maintenant elle a toute l'attention des médias....il serait intéressant de savoir quel genre de mec, elle attire...
 
 

             Ou toute l'émission en japonais : m'est avis que les chirurgiens vont être overbooké:

samedi 4 mai 2013

racisme anti noir : l'Irak

dans la série il ne fait pas bon être noir...dans un pays arabe...voire dans tous les pays arabe....voici l'Irak....après le Maroc et la Tunisie...voir épisodes précédents...
est-ce étonnant ?...non...pourquoi ?...parce que....
                                       

 
 
 
 
 
 
Le sort de l'Irak ne m'a jamais intéressé, parce que je sais ce que pense le monde arabe donc...mais pour  les soldats ricains noirs qui sont allés morfler là-bas...est-ce que la couleur de peau l'emportait sur le fait d'être ricain ?....je me souviens de ces attaques ouvertement racistes en Russie contre le personnel noir de l'ambassade ricaine...
quant à la Lybie : c'est chaud pour les travailleurs qui ont été pris pour des mercenaires à la solde de Kadhafi
quant à la Syrie : pourquoi ça serait différent....

vendredi 3 mai 2013

Naomi dans le Vogue Brésil

Je ne suis pas fan de la Campbell...pas à cause de ses manifestations d'humeur envers le petit personnel, cough!cough!...mais parce qu'elle est...elle est...ou plutôt elle n'est pas...et puis j'ai vu ce hollywood stories sur Paris Première en 2008, qui lui était consacré et elle a parlé...voilà...faut pas qu'elle parle...
Quoiqu'il en soit elle fait la couv du Vogue Brésil(où il y a du colorism)...et effectivement photoshop nous trompe, toujours cette couleur beigâssssssse....et le coiffeur qui a raté la pose de cette perruque...